Auteur Sujet: Nq 72 - Mort Confirmée  (Lu 389 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne elric

  • Brave
  • *******
  • Messages: 1253
    • Voir le profil
Nq 72 - Mort Confirmée
« le: 02 septembre 2019 à 15:54:11 »
MORT CONFIRMÉE

Par Aeryn Rudel

Bois d’Épines [Thornwood] Septentrional, 606 AR

« Prends-les et pars ! » Cria le père de Horgrum, pointant sa hache vers la lisière des arbres. Vargal Oakheart était un trollkin vieillissant mais toujours puissant et sa voix résonnait par-dessus le vacarme des coups de feu et des cris de bataille.

« Horgrum a secoué la tête. « Non, je vais me battre ». Il avait sa propre hache à la main, mais sa lame était propre et sèche, contrairement à celle de son père, tachée du sang des envahisseurs.

Vargal a jeté un coup d’œil derrière lui, là où leur village brûlait, là où les humains en armures cramoisie massacraient leur peuple. Il s’est retourné vers Horgrum et a posé une lourde main sur l’épaule de son fils. « Nous sommes perdus, Horgrum », a-t-il dit d’une voix lourde de chagrin.

« Emmène ton frère et ta sœur et fuis ». Solissa avait treize ans et Kolor seulement dix ans, trop petits et trop jeunes pour se battre. Ils se sont accroupis derrière leur frère aîné, grimaçant à chaque détonation d’un fusil ennemi.

« Pour aller où ? » a demandé Horgrum. Il avait vingt ans et était un combattant chevronné. L’idée de quitter son village et son kriel le rendait malade.

« Au sud, en Cygnar », a répondu Vargal. « Vous y serez en sécurité. »

Horgrum a ouvert la bouche pour défier son père, mais le bruit des sabots a interrompu sa protestation. Un humain en armure rouge vif chevauchant un grand destrier noir a émergé de la fumée et des flammes.

« Allez ! » A crié Vargal en poussant Horgrum vers l’arrière. Il a pris sa hache à deux mains et s’est tourné pour faire face à l’ennemi. Horgrum a poussé Solissa vers les arbres et elle a pris la main de Kolor. Ils ont couru.

Avant de pénétrer dans les bois, Horgrum s’est retourné pour remarquer le guerrier humain baissé sa lance et dévaler vers son père. Vargal a esquivé la lance et a jeté sa hache sur le cheval qui passait. La grande lame a traversé l’une des pattes de l’animal et celui-ci s’est écrasé au sol, projetant son cavalier. Horgrum a sourit alors que son père s’approchait de l’humain et lui fendait le crâne d’une courte frappe, tranchant l’acier et l’os.

La prise de Horgrum s’est raffermie autour de sa propre hache. Ces humains, ces khadoréens, n’étaient pas si forts. La parenté [kin] pourraient les vaincre. Il a fait un pas vers la clairière.

« Non, Horgrum. » La main de Solissa sur son bras l’a arrêté, Vargal avait extrait son arme du cadavre et s’était retourné vers la bataille. À travers la fumée, Horgrum pouvait voir plus de trollkin et d’humains se battre. Il pourrait aider son peuple. Il pouvait les défendre.

Il a fait un pas de plus, et un seul son vif a été émis. Son père s’est arrêté à mi-chemin et le sang a coulé dans son dos, d’un trou de la taille d’un poing, s’est épanoui entre ses larges épaules. Il s’est effondré à genoux puis a basculé face contre terre.

Horgrum a lâché la main de Solissa et a couru vers son père en hurlant de rage. Il a fait cinq pas avant qu’un autre coup ne retentisse. La balle a frappé sa hache, l’arrachant à sa poigne. Il a plongé au sol. Des corps gisaient partout, humains et trollkin. Sa main tomba sur la crosse d’un fusil alors que quelque chose émergeait de la fumée : un guerrier humain enveloppé dans une armure à vapeur qui le rendait presque aussi grand et puissant qu’un troll pur-sang.

Horgrum a ramassé le fusil. Il était gros selon les normes humaines, long et finement usiné. Il n’avait jamais employé une telle arme, mais ils les avaient vu tirer. Il a appuyé la crosse contre son épaule et blotti son petit doigt contre la détente ; les autres ne passaient pas le pontet. L’homme armuré a chargé, et Horgrum a fixé le canon du fusil. Un sentiment de calme l’a envahi, sa rage et sa peur se sont évaporées et il ne restait que l’ennemi et le fusil. Il a inspiré et visé de son mieux, regardant à travers la lunette de visée, ajustant jusqu’à ce qu’il s’estime centré sur le cœur de l’ennemi. Il a appuyé sur la gâchette et l’arme a cognée contre son épaule et a craché de la fumée.

L’homme armuré a trébuché et Horgrum ne savait pas si son tir était la cause ou s’il avait même touché sa cible. Puis l’homme a de nouveau chancelé, le sang a coulé de son casque depuis sa visière et il est tombé en arrière. Horgrum n’avait pas atteint l’endroit qu’il visait, mais Dhunia lui avait accordé un peu de chance.

Il n’avait pas le temps de faire la fête. Un autre coup est parti et une vertigineuse douleur a traversé son épaule droite. Un autre soldat est apparu. Celui-ci ne portait pas d’armure, mais brandissait un fusil semblable à celui que Horgrum avait pris sur le cadavre ennemi. C’était un homme plus âgé avec des cheveux grisonnants tombant sous un bonnet rouge. Son visage était dur et anguleux, et une cicatrice livide parcourait son front droit jusqu’au milieu de son nez. C’était l’homme qui avait tué son père.

Malgré sa blessure, il voulait trouver un moyen de tuer cet homme, mais la voix de Solissa, depuis la lisière l’a rappelé à la réalité. « Horgrum, d’autres soldats arrivent ! »

Il s’est retourné et s’est penché vers sa sœur, s’attendant à ce que l’humain lui tire dans le dos pendant qu’il courait. Aucun coup de feu n’est venu, et il atteint les arbres, le fusil ennemi serré fermement dans sa main droite.



Ceryl en Cygnar, automne 609 AR

« Est-ce un Libérateur Vanar [Liberator Vanar] ? » A demandé le soldat, en se levant de derrière son bureau.

« Horgrum a regardé le fusil dans sa main. Il ne savait pas qu’il avait un nom. Il l’avait apporté au bureau de recrutement de Ceryl parce qu’il pensait que les soldats humains fournissaient leurs propres armes, tout comme les guerriers au sein de son kriel.

« Je l’ai rpis », dit-il, ne sachant pas trop quoi répondre. Il avait fait la file pendant une heure. L’armée de Ceryl, son foyer depuis un an, cherchait des volontaires pour servir dans le corps des pionniers, le nom des guerriers de Cygnar ayant la réputation d’êtres robustes et capables. Les gens ordinaires semblaient les admirer, en tout cas.

Les yeux du soldat se sont rétrécis. « Pris à qui ? Ils sont assez rares. »

Horgrum a jeté un coup d’œil dans la petite pièce carrée. Il y avait deux autres hommes ici, tous deux portant le même uniforme bleu. Ils le regardaient fixement. « Un des khadoréens qui a attaqué mon village brandissait cette arme. Je l’ai pris sur son cadavre pour me défendre. »

« Ça alors ? » Dit le premier soldat. Son expression est passée de suspecte à approbatrice. « Où et quand ? »

« Il y a trois ans, dans le Bois d’Épines [Thornwood] septentrional », a-t-il répondu. Peut-être que ce qui était arrivé à son kriel renforcerait ses chances d’être accepté. Il avait besoin de que l’armée offrait. Kolor, Solissa et lui vivaient à Ceryl, dans l’un des sordides bidonvilles trollkin, et même s’il trouvait fréquemment du travail sur les quais – sa force faisait de lui un bon ouvrier – il était fastidieux et mal payé. L’armée payait plus et de façon constante, et avec cet argent, il pourrait prendre soin de son frère et de sa sœur.

« S’il a tué un Faiseur de Veuve [Widowmaker] et s’est emparé de son arme, vous devriez lui attribuer une foutue médaille », a déclaré une personne dans la longue file d’attente des autres espérant rejoindre les pionniers.

Le soldat a ri sous sa cape. « L’expérience de tuer les rouges n’est pas une exigence, mais ça ne fait pas de mal. Je suis le Caporal Newsome. Quel est ton nom ? »

« Horgrum, fils de Vargal Oakheart », a-t-il déclaré.

« Eh bien, Horgrum, les pionniers peuvent toujours utiliser une personne de ton gabarit, de ta force et, euh, de la durabilité, et nous avons recruté un certain nombre de trollkin par le passé …. » Il s’est arrêté et a regardé à nouveau le fusil d’Horgrum. « T’es doué avec ce truc ? »

« Je suis devenu habile avec cette arme », a répondu Horgrum. Il s’était entraîné avec l’arme aussi souvent que possible. Il était difficile d’obtenir des munitions, mais il chassait le gibier en dehors de la ville chaque fois qu’il le pouvait, pour mettre plus de nourriture sur la table pour son frère et sa sœur. L’arme n’était pas conçue pour un trollkin, mais au fil des ans, il avait troqué avec un armurier, celui-ci avait modifié la crosse et le pontet pour l’adapter à son corps et à ses doigts plus épais. Il avait développé une solide aptitude pour l’arme, découvrant que s’il était patient, il pouvait généralement faire un coup au but. Il aimait beaucoup traquer sa proie et l’abattre d’un seul coup, parfaitement placé.

« Eh bien si tel est le cas, peut-être que traîner une mitrailleuse dans les tranchées n’est pas le meilleur endroit pour toi », a déclaré le Caporal Newsome. « Attends un instant. » Il s’est retourné et a franchi une porte derrière lui. Horgrum pouvait l’entendre parler à quelqu’un d’autre, puis le Caporal Newsome et un autre humain sont apparus. Le deuxième homme était plus âgé, au visage maigre et d’une taille moyenne. Plutôt que le simple uniforme que portait Newsome, cet homme portait une armure incomplète et un équipement de pionnier, y compris une cuirasse en acier et des épaulières, qui affichaient encore des entailles et des soudures suggérant une période de combat. Il se comportait avec la grâce d’une personne bien habituée au poids et à l’encombrement de son équipement.

« Sergent Sharp, voici Horgrum Oakheart. Il a un Libérateur Vanar, il l’a pris à un khadoréen mort », a prononcé le Caporal Newsome. « Il dit aussi qu’il sait l’utiliser. »

Le Sergent Sharp s’est approché. « Tu as combattu des rouges, n’est-ce pas ?

« Ils ont attaqué mon kriel dans le Bois d’Épines [Thornwood] septentrional. Ils ont massacré mon peuple. J’ai pris une de leurs armes et j’en ai tué un avant de m’enfuir. Depuis, je m’entraîne avec. »

Le Sergent Sharpa froncé les sourcils, et Horgrum a vu remarqué sur le visage de l’homme une chose qu’il n’attendait pas : de la sympathie. « Je suis désolé d’entendre ça », a-t-il dit. « Tu sais tirer correctement ? »

« Je sais », a déclaré Horgrum avec assurance.

« Montre-moi. »

* * *

Le bureau de recrutement faisait partie d’une petite garnison proche des docks de Ceryl. Derrière, se trouvaient des casernes pour certains des pionniers stationnés en ville, et derrière lesquels, il y avait un champ de tir. Les soldats employaient l’océan à leur avantage, et leur « distance » était une série de cibles attachées à des boues flottantes à différentes distances.

Ces cibles sont à 100 [91.44], 200 [182.88], 300 [274.32], et 500 [457.2 mètres] verges, a déclaré Sharp, pointant les bouées cibles alors que leur groupe approchait de la ligne de tir. Les autres soldats du bureau de recrutement et une vingtaine de recrues potentielles les avaient suivis, tous impatients de voir un trollkin tirer au fusil khadoréen. « Ce Libérateur à la portée pour frapper l’une d’entre elles. »

Horgrum a acquiescé. Il était à peu près certain d’avoir abattu un cerf à une distance plus grande que la cible la plus éloignée – une fois et après l’avoir manqué plusieurs fois. Les cibles en forme d’hommes sur les bouées étaient plus petites et le vent affectait les tirs à longue distance. « Si je vous montre que je peux tirer avec cette arme », a déclaré Horgrum. « Vous me laisserez être un pionnier ? »

Sharp a sourit « Oh, ta place est déjà confirmée. Les trollkin n’ont jamais eu de problèmes à répondre aux exigences physiques des pionniers. On les accepte quand on peut, mais je recherche des tireurs d’élite. Si tu tires correctement avec ce fusil, il pourrait y avoir un meilleur endroit pour toi, un endroit adapté à tes talents et mieux payés. »

Mieux payer. Cela a attiré l’attention de Horgrum. Avec un salaire de pionnier, Solissa et Kolor n’aurait plus faim, mais s’il pouvait gagner plus, il pourrait fournir plus : une meilleure nourriture, un meilleur logement et davantage d’opportunités d’une vie décente.
« Que dois-je faire pour prouver que je sais utiliser ce fusil ? » A demandé Horgrum.

« Je vais te donner six coups. Deux à 200, 300 et 500. Si j’aime ce que je vois, on en reparlera. »

« Non », a dit Horgrum. « Je vais mettre une balle dans la tête de la cible la plus éloignée. Si je réussis, vous faites de moi un tireur d’élite. Si je rate, Je trimballerai une mitrailleuse pour le Caporal Newsome. » Il détestait jouer ainsi l’avenir de son frère et de sa sœur, mais son indigence était trop importante pour des promesses en l’air. Ce Sergent Sharp semblait être un homme honorable qui respectait un tel défi.

Sharp est resté silencieux un moment, puis a sourit. « D’accord Horgrum », a-t-il dit. « Tu touches cette cible, d’un unique coup, et c’est bon. » Derrière eux, les soldats et les recrues rassemblés ont commencé à faire des paris.

Horgrum a acquiescé, épaulé le fusil et armé le chien. Il a aligné le guidon sur la tête de la bouée cible. Elle balançait de haut en bas sur l’eau, et il sentait une brise souffler en provenance du sud – et elle était en train de tourner. Cela ralentirait sa balle et il devrait en tenir compte.

Dans l’ensemble, c’était un tir beaucoup plus difficile qu’il ne l’avait laissé entendre. Pourquoi avait-il tout joué sur un tir ? Cela semblait imprudent. Il a serré les dents et mit les doutes de côté. Il avait besoin de ça, pour sa parenté, et ce n’était pas comme si la bouée s’éloignait de lui à grande vitesse à travers la brousse. Il a pris une inspiration, laissant le calme du fusil et de la cible s’installer en lui. La voix des hommes qui l’entourait s’est estompée et son monde est devenue le vent, la vision et la cible sur l’eau.

Il a attendu, s’habituant au rythme des mouvements de la cible sur les vagues. Il a enveloppé son doigt autour de la gâchette. La cible montait et descendait, montait descendait, montait et descendait. Il a pressé. Le fusil lui a fait mal a l’épaule et la détonation a tout recouvert. Il s’est tourné vers Sharp.

« En plein dedans, soldat », a déclaré Sharp, et l’un des soldats a couru en avant pour tirer sur l’épaisse corde reliée à la bouée cible.

Alors que la cible approchait du quai, tous sont restés silencieux jusqu’à ce que le trou situé à gauche du centre de la tête de la cible devienne visible. Puis, des éclats de rire et des acclamations, puis quelques gémissements de ceux ayant parié contre lui, se sont élevés de la foule.

Sharp a tendu la main à Horgrum. Il a pris la main du sergent dans la sienne et l’a serré doucement.

« Bienvenue parmi les pionniers, Soldat Horgrum », a déclaré Sharp. « Nous allons avoir besoin d’un plus gros fusil. »

Le Fleuve Noir, Llael Occupé, été 611 AR

Horgrum a entouré le prototype du Raevhen Express de ses bras et s’est accroupi au ras du sol près du bord du fleuve. Conçu pour un corps de trollkin, le massif fusil, doté d’un pontet surdimensionné, d’une crosse élargie et d’un poids de près de trente livres, a été conçu pour propulser de gigantesque projectile avec une force et une précision inégalées par aucun autre fusil militaire. Depuis sa formation de base et sa position de tireur d’élite pionnier, il s’était familiarisé avec l’arme à feu. Il l’avait appelé Miséricorde de Dhunia [Dhunia’s Mercy].

Parfois, son vieux Libérateur Vanar lui manquait, surtout lors de longues et épuisantes marches, même si à bien des égards cette armée était supérieure.

« Que vois-tu, caporal ? » lui a demandé le Sergent Sharp en s’accroupissant à côté de lui. Il avait été affecté au sergent peu de temps après l’instruction de base, l’une des premières Équipes de Pionnier Express, chacune composée d’un tireur embusqué trollkin et d’un observateur humain. Sharp était son commandant, mais plus encore, c’était un frère d’armes et l’un des seuls véritables amis qu’il comptait parmi les militaires cygnaréens. Il en était venu à penser à Sharp comme une extension de sa parenté.

« Bottes, souples », a déclaré Horgrum. « En direction du nord, de Croix-des-Fleuves [Riversmet]. » Ils étaient en territoire khadoréen, à la recherche du Seigneur Général [Lord General] Coleman Striker, qui menait subrepticement une force d’invasion en Llael occupé.

« Pas Man-O-War, ou Garde des Glaces », a déclaré Sharp. « Combien ? »

Horgrum a étudié à nouveau les traces. « Trois – deux hommes et une femme. »

« Faiseurs de Veuves ? » a demandé Sharp.

Horgrum a acquiescé.

Sharp s’est frotté la barbe sur le menton. « Ils voyagent généralement par groupes de quatre. Ils ont dû perdre un homme quelque part. »

« La Tour Gris-vent [Greywind Tower] n’est pas loin d’ici », a déclaré Horgrum. « La Résistance peut en avoir chopé un. »

Sharp a grimacé. Il n’a pas aimé cette réponse. « Probablement. Suggestions ? »

« Suivre les traces, les trouvez et les tuez », a dit Horgrum dans un haussement d’épaules.

Sharp a froncé les sourcils. « C’est aussi simple que ça, hein, caporal ? »

Horgrum a acquiescé. « C’est simple, juste très dangereux. »

« Tu sais, frapper une équipe de Faiseur de Veuve [Widowmaker], même avec un homme en moins, est risqué », a déclaré Sharp. « Regarde-moi dans les yeux et dis-moi que tu veux faire ça à cause de notre mission en Llael et non pas parce que tu recherches Bonnet Rouge [Red Cap]. »

Cela avait été une pomme de discorde entre eux depuis presque le début. Lui et Sharp étaient souvent chargés d’opérations contre les tireurs embusqués, et ils avaient tués des dizaines de leurs homologues khadoréens. À chaque fois, Horgrum avait cherché Bonnet Rouge [Red Cap], le nom qu’il avait donné au tireur embusqué [sniper] qui avait tué son père. À plusieurs reprises, ils se sont mis en quatre pour rechercher des Faiseurs de Veuve [Widowmakers], allant parfois jusqu’à repousser les limites de leurs ordres. La pensée de son père lui a rappelé des souvenirs aussi vivants que le jour où cela c’est produit. Sharp connaissait bien la destruction du Kriel d’Horgrum, et bien qu’il comprenait le désir de vengeance de son partenaire, il n’approuvait sa singulière quête.

Horgrum ne pouvait pas regarder Sharp dans les yeux, mais il a prononcé : « Les Faiseurs de Veuve sont aussi des éclaireurs, et s’ils sont venus aussi loin dans le sud, ils ont peut-être remarqué l’armée. On ne peut pas les laisser rentrer faire un rapport. »

Sharp a foncé les sourcils, mais Horgrum savait que son raisonnement était bon, même si ce n’était pas son principal facteur de motivation. Le sergent a laissé échappé un soupir irrité après quelques instants. « Bordel de merde. Espérons qu’on les repérera avant qu’ils nous repèrent. J’aimerais conserver la tête sur les épaules encore quelques jours. »

* * *

« Il a dû entendre les coups de feu », a prononcé Sharp en regardant à travers sa longue-vue le petit camp khadoréen au pied de la colline.

Horgrum a vu le camp assombri à travers la lunette de son fusil. Deux cadavres étaient allongés près du fleuve, illuminés seulement par le clair de lune. Le sexe était le seul détail que l’on pouvait glaner du premier cadavre. Les deux tiers supérieurs de sa tête avaient disparu, arrachés par une balle de la taille d’un verre à shot. Il s’était occupé du tireur embusqué khadoréen à près de six cents verges – un bon tir – mais il a froncé les sourcils quand sa lunette s’est déplacée vers le deuxième corps. La femme avait fait un mouvement brusque sur la droite juste au moment où il avait tiré, et la balle lui avait touché le cou. Elle s’était rapidement vidée de son sang, mais ce n’était pas une mort propre.

« Oui, il aura entendu », a dit Horgrum. Il n’avait pas la possibilité d’ignorer le bruit tonitruant du Raevhen Express.

« Je peux voir des traces qui s’éloignent du camp », a répondu Sharp. « On dirait qu’il est allé pisser, qu’il a entendu les coups de feu et a décidé de disparaître. »

« Il va nous chercher », a déclaré Horgrum. Ils savaient qu’il y avait un troisième tireur embusqué, mais il ne l’avait pas encore vu. Ils avaient trouvé le camp et saisi l’opportunité d’éliminer deux des Faiseurs de Veuve, estimant qu’ils finiraient par retrouver le troisième.

« D’accord », a dit Sharp. « Et si c’est un bon, on va devoir le débusquer. »

Horgrum n’a pas aimé ça. « Qu’est-ce que tu veux dire ? »

« Je crois qu’il est dans ces arbres là-bas », a indiqué Sharp, « au bord du fleuve. Bonne couverture et bonne visibilité. Il attend que l’un d’entre nous passe sa tête pour pouvoir tirer. »

« Probablement », a déclaré Horgrum.

« Hé bien, nous ne pouvons pas nous contenter de le laisser partir et se débrouiller pour renter à la base. Donc l’un d’entre nous doit le faire sortir, et puisque tu as le gros flingue, c’est moi. »

« Non, Sharp », s’est exclamé Horgrum. « Je peux encaisser une balle. Pas toi. » Les trollkin guérissait rapidement et pouvaient survivre à des blessures qui auraient été fatales pour les humains à la peau plus douce.

« Sharp a gloussé. « Un de ces jours, tu comprendras que c’est moi qui commande et tu feras ce que je dis, et non l’inverse. Maintenant, pointe ton fusil sur ses arbres. Je vais descendre la colline en rampant. Il fait sombre et un homme sur le ventre est une cible chiante. Il aura besoin de temps pour viser correctement, ce qui signifie que tu le verras avant de tirer.

Horgrum a détourné son regard de la lunette du fusil afin de protester davantage, mais Sharp était déjà parti, et Horgrum pouvait l’entendre se ramper sur l’herbe. « Dhunia, protège-le » a-t-il soufflé tout en reportant son regard sur la lunette.

Horgrum a détourné son regard de la lunette du fusil afin de protester davantage, mais Sharp était déjà parti, et Horgrum pouvait l’entendre se ramper sur l’herbe. « Dhunia, protège-le » a-t-il soufflé tout en reportant son regard sur la lunette.

Le bosquet d’arbres où le tireur embusqué s’est probablement caché était sombre et il était difficile de distinguer les arbres Il a attendu, sachant que le péril de Sharp s’aggravait de seconde en seconde.

Ensuite, quelque chose a bougé. Une tache de couleur dans l’obscurité, brièvement éclairée par la pleine lune. C’était un bonnet rouge. Les images et les odeurs de son village en flamme sont revenues à lui. La peur et la rage se sont mêlées à son incapacité à protéger son père et son kriel de l’ennemi.

Il a pris une profonde inspiration et a placé le réticule sur cette tache cramoisie. Il protégerait Sharp. Il a remarqué la lueur du clair de lune se refléter sur la lunette de l’ennemi quand son fusil s’est relevé, et Horgrum a pressé la détente. Le tonnerre et la flamme du Raevhen ont illuminé la nuit pendant une fraction de seconde, l’aveuglant. Quand il a put voir à nouveau à travers la lunette, le bonnet rouge avait disparu. Il n’avait pas entendu l’autre coup de feu, mais s’ils avaient tiré simultanément, il ne l’aurait pas pu.

« Sharp ? A-t-il crié.

Silence. Et ensuite, « Tu l’as eu ?

Le soulagement s’est répandu en Horgrum et il a ôté le fusil de son épaule. « Je l’ai eu. »

* * *

« Celui-ci a une sacrée expérience », a déclaré Sharp, accroupi sur le corps du défunt Faiseur de Veuve. « Ce bonnet rouge signifie cent morts confirmés. Ça pourrait être lui. »

Horgrum a froncé les sourcils. Sa balle avait pratiquement explosé la tête du Faiseur de Veuve. Il pensait avoir vu un éclair de cheveux argentés juste avant de presser la détente, mais il ne savait pas si ce bonnet rouge était son Bonnet Rouge. « Je n’ai pas vu son visage. »

La colère a éclaté sur le visage de Sharp, et il s’est emparé du bonnet rouge sur le sol. « C’est le second tireur d’élite [marksman] que nous avons tué avec un bonnet rouge », a-t-il déclaré. « Sais-tu combien y a-t-il de tireurs d’élite au sein de toute cette fichue armée khadoréenne ? »

Horgrum a contemplé ses pieds, rage et honte se disputant le contrôle de ses émotions. « Pas beaucoup », a-t-il répondu.

« Et tu en as tué deux », a poursuivit Sharp. Il a tendu le bonnet à Horgrum. « Envoie-le à ton frère et ta sœur et dis-leur que tu l’as tué. Qu’ils laissent reposer ton père dans leurs cœurs, même si toi tu ne peux pas. »

Horgrum a accepté le chapeau, essayant de se rappeler le visage du tireur de précision qui avait tué Vargal Stonehide. Il se souvenait d’une cicatrice, mais rien d’autre. L’homme était devenu un symbole de la vengeance qu’il recherchait et davantage. Cela lui rongeait le cœur et il le laissait faire. Il a laissé échapper un long et constant soupir et a dit : « Bonnet Rouge a cent morts confirmés ? »

« De nombreux bons soldats cygnaréens », a répondu Sharp. « Tu as mis un terme à ça. »

Horgrum a hoché la tête et coincé le bonnet sous son plastron. « Je vais envoyer ça à Ceryl, à Solissa et Kolor. Ils sauront ce que cela veut dire.

« Sharp a sourit. « Pour moi, c’est une mort confirmée. »

« Modifié: 09 septembre 2019 à 09:49:29 par elric »
Citation de: Maître Yoda
Trop gentil tu seras, dans le côté obscur tu l'auras.

Si vous constatez des fautes d'orthographe et/ou de conjugaison, des phrases à remanier pour une meilleur compréhension.
Hop, -> Mp  ;)

Hors ligne elric

  • Brave
  • *******
  • Messages: 1253
    • Voir le profil
Re : Nq 72 - Mort Confirmée
« Réponse #1 le: 02 septembre 2019 à 15:54:56 »
1/2
Citation de: Maître Yoda
Trop gentil tu seras, dans le côté obscur tu l'auras.

Si vous constatez des fautes d'orthographe et/ou de conjugaison, des phrases à remanier pour une meilleur compréhension.
Hop, -> Mp  ;)

Hors ligne xalbat

  • Apprenti
  • ***
  • Messages: 50
    • Voir le profil
    • E-mail
Re : Nq 72 - Mort Confirmée
« Réponse #2 le: 05 septembre 2019 à 22:08:57 »
Merci!  :)

Hors ligne elric

  • Brave
  • *******
  • Messages: 1253
    • Voir le profil
Re : Re : Nq 72 - Mort Confirmée
« Réponse #3 le: 09 septembre 2019 à 09:50:20 »
Texte en entier
Bonne lecture

Ceci était mon dernier texte traduit dans la partie Background.
J'estime avoir fait le tour de la chose, sans m'interdire d'y revenir à l'aulne d'une traduction intéressante.

Dès la semaine prochaine, vous me retrouvez dans la partie RPG.

Merci!  :)

De rien  :)
« Modifié: 09 septembre 2019 à 09:54:28 par elric »
Citation de: Maître Yoda
Trop gentil tu seras, dans le côté obscur tu l'auras.

Si vous constatez des fautes d'orthographe et/ou de conjugaison, des phrases à remanier pour une meilleur compréhension.
Hop, -> Mp  ;)

Hors ligne Titi

  • [BGT] Modérateur Global
  • Immortel
  • ********
  • Messages: 11230
    • Voir le profil
    • E-mail
Re : Nq 72 - Mort Confirmée
« Réponse #4 le: 09 septembre 2019 à 09:58:53 »
Merci et bravo pour tout ton travail ! :)
"Ceeervoooooo !!! A force d'en bouffer, j' vais p'têt' finir par apprend' comment gagner..."

Hors ligne ludmar

  • Héros
  • ********
  • Messages: 3377
    • Voir le profil
    • 1dTroyes
Re : Nq 72 - Mort Confirmée
« Réponse #5 le: 09 septembre 2019 à 14:46:24 »
Merci pour tout toujours aussi sympa à lire ;)
Envie de jouer dans l'aube c'est par ici:
http://1dtroyes-asso.forumgratuit.org/

Hors ligne slec

  • Spécialiste
  • ******
  • Messages: 688
    • Voir le profil
Re : Nq 72 - Mort Confirmée
« Réponse #6 le: 09 septembre 2019 à 22:50:57 »
Trop bien ! Merci
"On peut violer les lois sans qu'elles crient" Talleyrand

Hors ligne elric

  • Brave
  • *******
  • Messages: 1253
    • Voir le profil
Re : Re : Nq 72 - Mort Confirmée
« Réponse #7 le: 16 septembre 2019 à 14:10:59 »
Merci et bravo pour tout ton travail ! :)
Merci pour tout toujours aussi sympa à lire ;)
Trop bien ! Merci

De rien
« Modifié: 17 septembre 2019 à 01:42:31 par elric »
Citation de: Maître Yoda
Trop gentil tu seras, dans le côté obscur tu l'auras.

Si vous constatez des fautes d'orthographe et/ou de conjugaison, des phrases à remanier pour une meilleur compréhension.
Hop, -> Mp  ;)

Hors ligne hashut

  • Spécialiste
  • ******
  • Messages: 953
    • Voir le profil
    • E-mail
Re : Nq 72 - Mort Confirmée
« Réponse #8 le: 16 septembre 2019 à 23:54:45 »
Merci Elric!

Hors ligne elric

  • Brave
  • *******
  • Messages: 1253
    • Voir le profil
Re : Re : Nq 72 - Mort Confirmée
« Réponse #9 le: Aujourd'hui à 11:12:44 »
Citation de: Maître Yoda
Trop gentil tu seras, dans le côté obscur tu l'auras.

Si vous constatez des fautes d'orthographe et/ou de conjugaison, des phrases à remanier pour une meilleur compréhension.
Hop, -> Mp  ;)