Auteur Sujet: PP Insider - Trônes et Souverains  (Lu 360 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne elric

  • Brave
  • *******
  • Messages: 1260
    • Voir le profil
PP Insider - Trônes et Souverains
« le: 19 septembre 2019 à 11:17:13 »
Trônes et Souverains

Par Privateer Press

L’impératrice Ayn Vanar était assise sur son trône dans la grande salle d’audience du Palais Stasikov, qui était pendant un bref moment pratiquement vide de messagers, de petits nobles et de pétitionnaires. Seuls sa garde attentive et le grand vizir étaient présents, ce dernier se tenant à proximité.

Elle se tourna vers lui et lui a dit : Convaincs-moi que la soudaine complaisance de la Princesse De Gorzytska ne devrait pas éveiller mes soupçons.

Simonyev Blaustavya poussa un profond soupir. L’homme le plus influent de Khador montrait enfin son âge dans sa posture et son visage ridé, bien que cela ait au moins renforcé son sens de la gravité et sa dignité.

Il a répondu : « Peut-être devriez vous prendre ça comme un signe positif que la Dame de Col de l’Enfer [Lady of Hellspass] a daigné répondre à votre convocation, Votre Majesté. »

« Peut-être », dit l’impératrice avec un froncement de sourcils. Elle ajusta sa posture pour s’asseoir plus rigoureusement sur le trône et fit signe aux assistants de l’autre côté de la salle. Les massives et larges doubles portes s’ouvrirent silencieusement et un impressionnant entourage s’est dirigé vers elle, parcourant le sol en marbre où l’enclume de Khador était incrustée dans la pierre.

« Regna Gravnoy, Grande Princesse de la Volozkya Gorzytska », annonça son héraut d’une voix retentissante, offrant un profond salut à la petite souveraine lors de son passage.

La souveraine du territoire le plus au nord-est du Khador était un spectacle saisissant dans sa robe blanche, ressemblant à la « Reine de l’Hiver », comme l’appelaient parfois ses sujets. C’était plutôt différent de la tenue plus martiale qu’elle avait portée la dernière fois qu’elle avait visité Korsk. Elle portait aussi sa couronne, une transgression délibérée, car il était rare que les grands princes conservent un tel ornement lorsqu’ils rendaient hommage à leur impératrice. Pourtant, les dirigeants des régions les plus éloignées étaient orgueilleux et jouissaient de leur indépendance. Ayn Vanar n’en attendait pas moins de Regna. Parmi sa suite figuraient plusieurs nobles subordonnés de rang modestes, ses conseillers et une petite garde d’honneur, bien que leurs armes aient été laissées à l’extérieur de la salle.
Regna fit une profonde révérence, sa robe se déployant derrière elle et se leva lorsqu’on l’invita. Elle dit : « Impératrice, je suis ici à votre requête J’espère être pouvoir vous agréer. »

L’impératrice et le grand vizir ont partagé un bref regard. Ayn a répondu : « Votre obéissance est appréciée. Je vous assure que je n’aurai pas besoin de vous longtemps. Je connais votre réticence à quitter vos terres ou votre peuple. »

La grande princesse inclina la tête. « je suis déçu de ne pas voir votre fiancé ici. J’avais l’intention de lui présenter mes hommages à Vladimir. »

« Je suis certain qu’il aurait apprécié l’occasion qui lui aurait été offerte », a déclaré Ayn suavement. « Il s’occupe de questions militaires loin de la capitale. »

« Bien sûr, comme je l’imagine, la plupart du temps. » A-t-elle répondu d’un ton bienveillant qui a réussi à paraître légèrement moqueur.

« Je ne voudrais pas qu’il en soit autrement », répondit l’impératrice en souriant. « Mais parlons de la question qui nous occupe. L’une des raisons pour lesquelles je vous ai fait venir ici, c’est que j’ai entendu un certain nombre de rumeurs inquiétantes. J’ai pensé qu’on devrait vous donner l’occasion de vous en occuper directement. »

« Des rumeurs ? Comme c’est désagréable. » L’expression de Regna n’a pas changé. « J’apprécie qu’on me donne l’occasion de corriger les reproches. Nous sommes sûrement au-dessus de tels potins ? »

« Les potins ne m’intéressent pas. C’était quelque chose d’assez différents et de sources plus fiables. » L’impératrice jeta un regard significatif au grand vizir, qui contrôlait le vaste appareil de collecte de renseignements de l’empire.

Le Grand Vizir Blaustavya a pris la relève. Sur un ton presque apologétique, il a dit : « Il y a eu un grand nombre de disparitions dans votre région. Y compris plusieurs notables fils et filles de familles importantes. En outre, un taux de naissance bas, ce qui n’est pas moins préoccupant. Nous avons également perdu plusieurs percepteurs d’impôts. Dans l’ensemble, cela menace de faire votre volozkya en dessous du seuil de conformité. J’ai des rapports d’autres anomalies des Sections Quatre, Cinq, Sept, et Huit du Ministère, à un degré que je trouve troublant.

Il se référait ici aux branches du gouvernement chargés des réserves vitales tel le charbon, la nourriture et l’eau, ainsi qu’à celles chargées de la fiscalité, des prisons et du recensement qui déterminaient les conscriptions de l’armée.

« Pas de la Section Trois ? A-t-elle demandé avec un sourcil relevé, faisant référence aux espions les plus actifs du grand vizir.
« Ils sont également inquiets », a reconnu Simonyev.

« Eh bien, tout cela est très alarmant, c’est certain », a déclaré Regna, bien que son ton et son attitude n’aient été ni surpris ni inquiet. « Nous ne pouvons pas laisser les percepteurs d’impôts disparaître ? Je ne voudrais pas l’avoir sur la conscience si le trésor royal était en faillite.

« Nous en sommes encore loin », dit Ayn un peu brusquement. « Les citoyens disparus sont une préoccupation majeure. Surtout que cela semble répandu, même dans vos prisons. Cela suggère un problème systémique.

« La Gorzytska est une région dangereuse », a déclaré Regna, en écartant les mains, « avec de nombreux périls. Nous avons eu des clans ogrun dans les collines entourant Col de l’Enfer. Je ne blâme par le Rhul, car ces clans ne sont que vaguement contrôlés. Nous avons eu notre par de malheurs improbables : nyss corrompus, incursions cryxiennes, et ainsi de suite. Nous en avons informé le grand vizir. Quant aux prisons, je reconnais que les nôtres sont rudes. Peut-être que nous programme de travail sous contrat s’est rendu coupable d’excès. »

Blaustavya a dit : « Même en tenant compte de ces facteurs… »

Regna leva la main et secoua la tête. « Non, vous avez raison. »

Elle fit une référence et, après une longue pause, dit : « Pardonnez mes excuses, Votre Majesté. Vous avez attiré mon attention sur un certain nombre d’incohérences alarmantes. Je vous en suis reconnaissante. Je promets de parler avec mon personnel et d’enquêter sur ces questions, pour qu’elles soient résolues immédiatement. »

C’était une capitulation rapide, une capitulation que l’impératrice semblait accepter sans sourciller. Leur conversation s’est poursuivie sur des sujets plus généraux et moins accusatoires, y compris les besoins accrus en matière de conscription. La Grande Princesse Regna a répondu à toutes les questions qui lui ont été posées, faisant preuve d’une plus grande humilité et d’un plus grand consentement que d’habitude. Enfin, l’impératrice et le grand vizir lui permirent de faire sa sortie après avoir demandé si leur estimé visiteuse si elle était prête à participer à un festin en son honneur. Regna avait poliment refusé, insistant sur le fait qu’elle devait revenir sans délai pour s’occuper de l’enquête demandée.

Après le départ de la princesse, Blaustavya se tourne vers l’impératrice et dit : « Cela s’est bien passé, non ? »
Son expression sourde suggérait le contraire.

« Il se passe quelque chose, c’est sûr », répondit Ayn. « Avant de lui parler, j’avais imaginé la possibilité que ces problèmes se produisent sans qu’elle le sache. Mais plus maintenant. Met tes meilleurs hommes là-dessus. J’aimerais avoir des témoins directs de cette prétendue conformité. Ne néglige aucun détail. »

« Tout de suite, Votre majesté », répondit Blaustavya, souriant d’approbation.

* * *

L’être appelé Agathon, la Voix dans les Ténèbres, et bien d’autres noms, s’assit et rumina sur son trône d’un autre monde tout en considérant que la veille de la grande invasion était proche. Dans son esprit, il observait les fils d’un vaste et complexe d’une vaste trame d’énergie reliant tous ceux dont l’âme avait été promise et liée. Les fils s’étendaient à travers une multitude de mondes et de réalités, bien que les plus animés et les plus nombreux convergent vers Caen. D’ici, au plus profond de cette forteresse construite à partir de l’essence des pensées et des rêves de l’Abîme Extérieur, Agathon pouvait étendre sa volonté là où il le voulait. Atteindre Caen était difficile et exigeait une dépense d’énergie, y compris celle d’Agathon, mais aidée par l’emploi d’un vaste réservoir d’âmes.

La tour de la forteresse se dressait comme un rocher noir surplombant un paysage morne et stérile de terre craquelée et de poussière et de sable tourbillonnants. Ses murs sombres battaient de l’intérieur et étaient chauds au toucher, comme de la chair vivante. Des lignes d’inscriptions rouges flamboyantes s’animaient en cycles irréguliers le long des parois. L’a tour elle-même était un prolongement de l’esprit d’Agathon, ses pensées étaient manifestes et tangibles aux milieux des Abymes balayés par le vent. Avec un petit effort, Agathon pouvait voir et entendre n’importe quoi dans ses salles, comme un mortel pourrait visiter des souvenirs significatifs. Les nombreuses bibliothèques et chambres fortes qui s’y trouvaient étaient bien connues de la Voix dans les Ténèbres, chacune remplie de contrats sous forme de manuscrits et de tomes, compilant les richesses spirituelles accumulées depuis des éons. Les serviteurs mineurs parcouraient ces couloirs pour accomplir des courses pour leur maître, craignant d’attirer la colère d’Agathon.

Les portes extérieurs s’ouvrirent pour permettre l’entré d’un curateur mineur envoyé par le Tisserand d’Ombre [Weaver of Shadow]. Agathon le guida avec des ténèbres sur les sols et les escaliers jusqu’à ce qu’il arrive pour exprimer des louanges et s’avilir devant le grand maître. Bien que l’étiquette des salutations ait été respectée, ce nouvel arrivant n’a pas tardé à envoyer des paroles plus exigeantes, parlant d’esprit à esprit.

« Grand Agathon, je suis Helisor, et j’arrive pour vous implorer de répondre aux questions de Zaateroth, car sa curiosité doit être satisfaire. Ne pas la satisfaire est périlleux. »

Agathon n’a pas caché sa contrariété. « Quelles questions ? Il y a beaucoup de tâches nécessitant mon attention. Je n’ai pas le temps de subir des distractions. Zaateroth aurait pu me présenter ses hommages en personne. »

Mes excuses Noueur-de-Pacte [Pactbinder]. Le Tisserand, lui aussi, a ses propres tâches à accomplir et m’a donc envoyé à sa place, aussi indigne que je sois ». Le curateur fit un geste équivalant à une profonde génuflexion.

« Très bien », dit Agathon. « Exprime-toi sans tarder. »

Helisor repris : « Certaines omissions dans nos registres font que je suis présent. Je représente ici ma maîtresse en tant qu’Exécuteur de Dettes [Executor of Debts]. Il y a d’importantes quantités d’âmes promises par vous et dues à mon maître n’ayant pas été correctement échangées. Je suis certain que c’était par inadvertance, mais il semble y avoir eu des erreurs dans la comptabilité, des erreurs qui vous favorisent à notre détriment. Permettez-moi de les énumérer.

Il n’est pas rare dans le flux commercial entre les plus hautes sphères infernales qu’il y ait de telles contentieux. C’est au milieu de ces détails fastidieux que l’équilibre des pouvoirs pourrait se dégager d’un côté ou de l’autre. Cette fluctuation, même si elle n’était pas sans importance, n’a pas fait plaisir à Agathon. L’excitation de la chasse aux mortels tentés de conclure des contrats fabriqués de toutes pièces pour sceller leur perte lui manquait. Agathon a permis à Helisor de continuer à parler. Une partie de son esprit évaluait les griefs énumérés, créant des colonnes de nombres imaginaires, mais la majorité de son attention était ailleurs.

Il y avait une ondulation le long d’un des murs de son esprit, une dissonance comme le son émis par la frappe d’un gong. Agathon s’apparentait à une araignée qui touchait les fils d’une toile dérangée où une mouche venait d’être prise. À travers l’une de ces vastes chaînes d’énergie reliant son esprit à d’innombrables autres, l’un deux avait frémi. Cela signifiait que l’une des figures majeures de ses conspirations en cours était en péril.

Agathon a étendu sa volonté dans cette direction, étirant son esprit à travers l’infini fossé entre une réalité et l’autre ; et a observé sur Caen le badinage entre la Reine de l’Hiver et l’impératrice du Khador au sein du palais khadoréen. C’était un endroit dont il avait des difficultés à pénétrer, mais il observait Regna Gravnoy quitter Korsk en hâte accompagnée de son escorte armée. Son visage rayonnait d’une arrogante fierté et d’assurance, mais elle ignorait qu’elles étaient suivies. La grande princesse était une pièce essentielle, placée par Zaateroth en personne. Une pièce maintenant en danger d’être supprimée.

« Un moment Helisor », dit Agathon au curateur. « Nous répondrons à vos doléances, mais une question plus urgente nécessite que je doive y remédier. Je vous convoquerai dès que je pourrai. »

« Mais ... »

Agathon a agité la main, laissant derrière un petit nuage de fumée noire, et Helisor a disparu. Envoyé loin de la forteresse et tout aussi loin du domicile de son propre maître. Agathon a réduit au silence et ignoré les plaintes stridentes que le curateur cherchait à transmettre à distance.

* * *

La Grande Princesse Gravnoy et ceux qui l’accompagnaient avaient chevauché aussi longtemps qu’ils pouvaient dans la nuit, mais leurs chevaux étaient couverts d’écumes, et il devint clair qu’ils devaient se reposer. Ayant passé outre les villes et les petits villages qu’ils avaient traversés, elle avait décidé qu’elle préférait camper sous les étoiles, évitant tout contact avec la population locale. Ses serviteurs et ses soldats ont dressé leurs tentes en cercle autour du feu de camp et ont placé des sentinelles autour du périmètre. Elle a consulté le capitaine Osokin, chef de son escorte, puis s’est retiré dans sa tente.

Elle n’était pas seule, car plusieurs personnages en robes l’attendaient, agenouillés la tête baissée, une série de bougies noires soigneusement disposées et allumées entre eux. Les coursiers et les nobles qui l’accompagnaient étaient tous des membres dévoués de son culte qui craignaient pour leur destin s’ils négligeaient leurs obéissances religieuses. Ayant précédemment abandonné sa robe blanche pour une tenue plus pratique, Regna a accepté une robe noire de l’un de ses suppliants. Elle alluma de l’encens et laissa les arômes inhabituels et piquants envahir la tente pendant qu’elle priait leurs sombres maîtres.

Les autres ont entonné un refrain solennel après ses paroles. Combinées à la lueur vacillante et à l’encens soporifique, Regna pouvait sentir son esprit dans un état de transe. C’était un rituel simple, mais qui renforçait les serments par lesquels les autres s’engageaient pour elle et sa cause, au service de ces êtres supérieurs au-delà d’Urcaen. En d’autres occasions, il aurait pu y avoir d’autres rites plus noirs, des offrandes de sang et de vie, cherchant à accroître la vaste dette non exécutée des âmes promises. Elle n’a pas pris ce risque maintenant, pas sur la route et loin de ses terres sécurisées. Ils étaient trop proches de Korsk et de ceux qui les capturaient et les interrogeraient pour de tels blasphèmes. À la fin de ce rite mineur, elle était sur le point de permettre aux autres de partir et de dormir ; ils se lèveraient tôt pour poursuivre leur voyage.

Mais alors, au milieu de la fumée tourbillonnante, quelque chose s’est manifesté. Regna sentit un picotement le long de sa peau et entendit un murmure sibilant. La fumée se tordait et bougeait anormalement, formant dans ses vides un visage blafard aux yeux roues fumants qui l’observait. Elle retint sa respiration et attendit avec anxiété ses paroles, tout en faisant signe aux autres de garder la tête basse et de psalmodier.

La voix qu’elle entendait n’était que dans son esprit, s’exprimant avec une puissante clarté qui était toujours surprenante, bien qu’elle l’ait vécu plusieurs fois.

« Regna, Disciple de Nabezeth, Élue du Tisserand. Les agents de vôtre impératrice vous suivent. Ils ne peuvent pas découvrir votre véritable loyauté. Pas encore. Je vais les révéler à tes yeux. »

« Si nous les éliminons, l’impératrice aura connaissance de la cause », a répliqué Regna.

« Fais ce que je te dis, et tout sera comme il se doit. »

* * *

Regna a conservé sa robe noire, signalant au Capitaine Osokin de la rejoindre alors qu’ils s’éloignaient silencieusement et prudemment du campement. Ses yeux s’adaptèrent rapidement à l’obscurité et plus encore. Le ciel était couvert et aucune étoile ne lui octroyait de lumière, mais la clarté du paysage était saisissante et contre nature. En guidant le capitaine, elle le vit légèrement trébucher sur les cailloux du sentier ou sur le terrain accidenté, éclairé pour elle. Agathon était toujours avec elle, voyant à travers ses yeux, habitant la fumée d’encens qu’elle sentait encore persister dans ses poumons. Le sentiment d’être submergé par cet être plus grand offrit à Regna un frisson enivrant.

Là, au loin, ses yeux augmentés ont remarqués quatre personnes accroupies à leur propre campement, à l’écart de la route, nichés dans une légère crevasse, à l’abri d’un rocher en porte-à-faux. Même à la lumière du jour, elle ne les aurait pas repérés de l’endroit où elle se tenait, mais maintenant, ils brillaient d’une teinte jaune qui les révélait à travers la pierre interposée. Elle sera les bras d’Osokin et lui fit signe d’avancer, faisaient des gestes pour signifier leur nombre et leur position. Le capitaine sortit son épée et hocha la tête.

Ils contournèrent silencieusement la pierre les abritant. L’un des hommes était assis dos contre le rocher, à monter la garde. Elle puisa dans le sombre puits de pouvoir collecter en elle et elle tendit la main pour pointer dans sa direction. Il ne la vit pas jusqu’à ce que des runes brillent d’une lueur rouge autour de son bras, attirant son attention.

Ses réactions ont été rapides. Il se leva avec une impressionnante promptitude, mais avant de pouvoir dégainer son pistolet, elle serra le poing et il fut consumé par un feu orange. Il a crié lorsque des flammes infernales l’ont balayée de la tête au pied, réveillant les autres endormis dans leurs couvertures. Ils se sont débattus et ont cherché à s’extraire.

La Capitaine Osokin était sur le plus proche avant qu’il ne puisse en sortir. L’agent de la main invisible [unseen hand] endormi a eu juste le temps d’attraper la poignée de sa propre arme avant que l’épée du capitaine ne lui transperce le cou. Un autre a réussi à se dégager et à tirer sa lame, mais Osokin a esquivé son élan et a fait un pas en arrière, l’épée prête. Ne voulant pas risquer de perdre son officier, Regna enveloppa aussi cet homme des flammes brûlantes de l’enfer, le regardant grésiller et brûler comme du suif. Ses yeux augmentés lui laissèrent voir les âmes se détacher des corps des victimes, laissant des traces colorées à travers sa vision avant qu’elles ne soient rassemblées contre leur volonté pour être absorbées par le sombre maître en elle.

Le dernier homme près du feu était resté debout, son visage maintenant éclairé par les corps encore brûlants de ses pairs. Celui-ci, contrairement aux autres, portait les vêtements d’un membre de l’Alliance des Seigneurs Gris. Il leva les mains pour rassembler sa propre magie, et l’air autour d’eux se refroidit et se regroupa en un vortex tourbillonnant alors qu’il se préparait à déchaîner le froid hivernal.

« Ne tue pas celui-là », lui dit la voix sans son esprit. « Son âme est déjà liée à moi. Ses ambitions et sa soif de pouvoir lui permettront de nous être utiles. »

« Attends, Seigneurs Gris ! » La voix dominante de Regna crépitait de pouvoir latent, ses yeux scintillant blanc. « Tu n’as pas à me craindre. »

Le Seigneur Gris se figea, et les runes d’un bleu glacial qui commençaient à se manifester autour de ses mains s’estompèrent. Il l’a regardée dans les yeux, comme s’il voyait en lui qui empruntait ses yeux.

« Ne... », dit-il avec une certaine difficulté, comme si les pensées et les mots ne pouvaient sortir. « Je suis... »

« Tais-toi » ; a dit Regna, en se rapprochant et en relevant le capuchon de sa robe afin qu’il puisse mieux voir son visage. « Ne t’inquiètes pas. Tu dois être épargné. Viens avec moi, et nous discuterons des conditions de ton service. »

Elle tendit la main pendant que le Capitaine Osokin l’observait. Le Seigneur Gris fronça les sourcils et trembla, comme s’il luttait contre quelque chose en lui.

Une légère bouffée de fumée sortit des lèvres de Regna alors qu’elle expirait et se dirigea vers le Seigneur Gris, pénétrant sa bouche et ses narines. Ses yeux devinrent flous et il regarda Regna, son expression réagissant à une voix qu’elle ne pouvait plus entendre. Puis il déglutit, acquiesça et lui prit la main. Jusqu’à ce que la vue quitte entièrement Regna, elle pouvait maintenant voir un fin fil d’énergie rougeoyante s’étendant à la fois depuis le Seigneur Gris et elle, un fil qui s’atténuait dans le lointain avant de disparaître. Les liens des âmes déjà liées aux maîtres supérieurs qui veillaient au-delà de Caen et Urcaen.

La voix d’Agathon parla à nouveau dans son esprit. « Le moment approche. Rassemble ton culte et entame les dernières étapes sur la Porte de Col de l’Enfer. Nous arrivons. »



Source
« Modifié: 20 septembre 2019 à 17:47:09 par elric »
Citation de: Maître Yoda
Trop gentil tu seras, dans le côté obscur tu l'auras.

Si vous constatez des fautes d'orthographe et/ou de conjugaison, des phrases à remanier pour une meilleur compréhension.
Hop, -> Mp  ;)

Hors ligne elric

  • Brave
  • *******
  • Messages: 1260
    • Voir le profil
Re : PP Insider - Trônes et Souverains
« Réponse #1 le: 20 septembre 2019 à 17:48:56 »
Texte en entier  :)

Voici la vision kharde concernant les infernaux.
Bonne lecture  ;)
Citation de: Maître Yoda
Trop gentil tu seras, dans le côté obscur tu l'auras.

Si vous constatez des fautes d'orthographe et/ou de conjugaison, des phrases à remanier pour une meilleur compréhension.
Hop, -> Mp  ;)

Hors ligne xalbat

  • Apprenti
  • ***
  • Messages: 54
    • Voir le profil
    • E-mail
Re : PP Insider - Trônes et Souverains
« Réponse #2 le: 20 septembre 2019 à 23:40:31 »
Excellent. Merci. La trame d'oblivion de dessine mieux quand on peut lire ces textes.   ;)

En ligne hashut

  • Brave
  • *******
  • Messages: 1033
    • Voir le profil
    • E-mail
Re : PP Insider - Trônes et Souverains
« Réponse #3 le: 21 septembre 2019 à 16:03:37 »
Im est cmair que les vrais méchants arrivent...

Merci Elric

Hors ligne Titi

  • [BGT] Modérateur Global
  • Immortel
  • ********
  • Messages: 11329
    • Voir le profil
    • E-mail
Re : PP Insider - Trônes et Souverains
« Réponse #4 le: 21 septembre 2019 à 17:38:05 »
Merci pour la traduction ! :)
"Ceeervoooooo !!! A force d'en bouffer, j' vais p'têt' finir par apprend' comment gagner..."