Auteur Sujet: PP Insider - Une lueur d'espoir  (Lu 344 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne elric

  • Brave
  • *******
  • Messages: 1266
    • Voir le profil
PP Insider - Une lueur d'espoir
« le: 23 octobre 2019 à 22:15:40 »
Histoires des Royaumes d’Acier

Une Lueur d’Espoir

La mer en colère a provoqué une tempête sur Ceryl, emplissant l’air de l’odeur du sel et des algues. Le tonnerre tonitruait, une grande bête grognait de mécontentement. La pluie fouettait la ville avec une hostilité stupide. Toutes les personnes encore à l’extérieur se blottissent et se précipitent d’un auvent dégoulinant à l’autre, comme des rats en train d’éviter l’attention d’un chat affamé.

Moins de personne que ce que Lysander Pavel avait prévu. Les rumeurs de colonnes de réfugiés submergeant les villes avaient commencé à se répandre, entraînant avec elles des rapports d’attaques de brigands, de groupes de farrow en maraude et d’autres choses encore plus désastreuses, cherchant à profiter des plus vulnérables. Encore plus de misère s’empilant.

Lysander réalisa que son compagnon de voyage le regardait avec impatience. « Désolé, tu as dit quelque chose ? »

Danius sourit. Le grand thurien avait une attitude facile, sa joie et son enthousiasme étaient à l’opposé de Lysander. « Je te demandais si tu l’avais déjà vue auparavant. »

« Maîtresse Stokes ? Non », répondit Lysander. En vérité, il n’avait jamais entendu parlé de l’agent de l’Ordre de l’Illumination avant de recevoir une convocation à Ceryl pour l’assister.

« Moi non plus. C’était une inquisitrice, tu sais. C’est pour ça qu’il lui manque une main. Ils disent qu’elle a coupé la sienne pour que l’ancien tatouage ne la trahisse pas. » Danius fiat le geste de trancher contre son propre poignet.

« Ils qui ? » Demanda Lysander.

Danius fit un signe de la main pour englober l’ensemble de la création. Tu sais. Eux. Les gens qui savent des choses. »

Lysander considéra la déclaration pendant qu’ils marchaient. Les gens qui savent des choses. Il était certain qu’il n’en faisait pas partie.

***

Peu de temps après, ils sont arrivés à la résidence protégée, trempés jusqu’à l’os. Un midlunder maigre au visage pincé les conduisit en bas d’une volée d’escalier dans un sous-sol en pierre, éclairé par la lueur d’un poêle en fer et d’une faible lanterne.

Un groupe de personnes se tenait en demi-cercle autour d’une silhouette meurtrie et ensanglantée enchaînée au sol. Une femme, dans la cinquantaine se tenait devant le prisonnier, essuyant le sang de son poing mécanique. Un pistolet exécration à sa hanche la désignait comme une « Illuminée », le pistolet étant l’une des armes au sein de l’arsenal de l’Église de Morrow contre les ténèbres.

« Les deux derniers, maman », dit le midlunder, en prenant sa place dans le groupe. Les autres firent un signe de la tête silencieux à Lysander et Danius.

La femme – Stokes, supposa Lysander, indiqua aux nouveaux venus de se joindre à elle. « Merci Brennan. Vigilants. Justes à temps. Monsieur Bannstock était sur le point de nous indiquer où ses amis logent. »

Le prisonnier Bannstock a craché de sa lèvre fendue. « Tu es folle, sorcière. Je préférerais mourir. »

Stokes saisit l’homme par ses cheveux en bataille avec son poing métallique cliquetant, lui tirant la tête en arrière pour que ses yeux rencontrent les siens « Ça peut s’arranger, gibier de potence. Je sais que votre chef appartenait à la cabale des Progénéistes alors qu’il faisait partie de l’Ordre Fraternel. J’ai lu sa thèse sur la création des portes. J’ai vu l’inventaire des objets occultes qu’il a volés quand il a quitté l’ordre. Je sais que tu le considères comme un ordre inquiétant, mais ce n’est pas de lui qu’il faut avoir peut en ce moment. »

Bannstock déglutit en regardant l’ensemble de visage sombres qui l’entouraient. Lysander essaya de fixer son propre visage dans un masque froid de menace implicite.

« Imprimeries Trevett », dit Bannstock, son corps se dérobant alors que l’hostilité s’évaporait. « Près de l’extrémité sud du front de mer. »

Stokes lui tapota la tête comme un instituteur louant un élève intelligent. « Pas si dur, Bannstock, hein ? »

« Tu dois me protéger. » La prisonnier commença à babiller, semblant réaliser ce qu’il avait fait. « Le Père Jonas a revendiquer mon âme. À moins que vous ne m’emmeniez d’ici, il viendra me chercher. Ou il enverra une de ces choses… »

Stokes le fit taire. « Non. Ils ne le feront pas. »

Le bruit de sa lame s’enfonçant dans la poitrine de l’homme fit sursauter Lysander. Il ne l’avait même pas vue dégainer.

***

« C’est quoi le truc entre les sectes et les foutus docks ? » marmonna Danius. Le thurien portait un manteau de marin sur son plastron et déplaçait son volumineux havresac contenant son arbalète, appuyé contre une pile imprégnée de poix.

Lysander était accroupit derrière une pile de barils puants de poison sur l’une des longues jetées du port. Il avait une vue dégagée d’un long entrepôt, l’endroit probablement le plus discret pour un culte. Deux hommes se faufilaient d’ombre en ombre, faisant de leur mieux pour ressembler à deux manutentionnaires ordinaires et non à des vigiles en patrouille.

« De nombreuses activités étranges ont lieu près du front de mer », a répondu Lysander alors que les deux guetteurs du culte passaient le coin et disparaissaient. « Beaucoup de nouveaux arrivant, d’étrangers, de contrebandiers. Il est facile de se cacher à la vue de tous. »

Danius a craché dans les eaux noires de la baie. « Beaucoup de cadavres près d’un front de mer. Voyons si quelqu’un remarque les leurs, d’accord ? »

« Attends. Stokes et Brennan attendent dans une ruelle à l’est. Voyons d’abord ce qu’elle fait. »

Danius a frissonné. « Stokes. Elle me donne la chair poule. »

« As toi aussi ? » a demandé Lysander. « J’ai déjà tué, mais seulement au combat. La façon dont elle l’a tué était comme … »

« Comme quelqu’un qui abat un chien », a répondu Danius. « Tu n’as pas autant combattu avec les Illuminés que nous. Parfois, ils sont comme ça. Ils passent leur vie à essayer de contenir les ténèbres. Je suppose que tu ne peux appréhender les ombres très longtemps. Je pense qu’avoir un ennemi qu’ils peuvent toucher, blesser, est rare. »

Lysander a considéré la sagesse de son compagnon, mais ne l’a pas apaisé. Il voulait se battre pour quelque chose, pas contre. Plutôt que de chercher une réponse, il a fait un geste vers l’entrepôt.

« Allons-y », dit-il. « Ils ont passé le coin. »

***

Ils ont jeté les corps parmi un tas d’ordures dans une ruelle, en prenant soin de les fouiller, à la recherche de symbole blasphématoires ou d’objets utiles. Ils se débarrassèrent de leurs déguisements rudimentaires et entrèrent par deux dans les imprimeries, se déplaçant rapidement et silencieusement selon les instructions de Stokes.

Le bâtiment avait été abandonné par son ancien propriétaire ou peut-être que les infernalistes s’étaient occupé de lui. La réception contenait de grandes machines à composer et des rames de parchemin vierge. Danius a attiré l’attention de Lysander sur le dernier numéro du Trevett Daily Bulletin, au sommet d’une pile poussiéreuse.
Attaque sur Porte du Sanglier des Centaines de Sinistres

Des Survivants Signalent d’Étranges Observations

Les Leaders Religieux Appellent au Calme face à la Calamité

Lysander se souvenait à peine de l’événement. Le passé ressemblait à une interminable série de désastres successifs, à peine interrompus par des moments de paix. Une attaque contre Porte du Sanglier [Boarsgate] aurait été une nouvelle alarmante, mais maintenant, c’était simplement un autre souvenir brumeux de souffrance. Si l’urgence du dernier numéro s’était évanouie de la mémoire, depuis combien de temps les sectateurs doivent-ils œuvrer ici en secret ?

Stokes le a poussés à avancer d’un geste silencieux. Devant lui, Brennan a ouvert la porte des latrines et a lâché un carreau d’arbalète dans un occupant invisible. Deux autres vigilants se tenaient prêts près d’une double porte menant à l’arrière des imprimeries, les arbalètes prêtes. Lysander et les autres prirent positions de part et d’autre de la salle, pointant leurs arbalètes vers des champs de tirs se chevauchant.

« Ouvre-la », chuchota Stokes.

L’espace au-delà était un entrepôt béant, à peine éclairé par de hautes fenêtres donnant sur le ciel orageux. L’air était lourd et sentait le vieux papier et la vieille encre. Les étagères atteignaient presque le plafond, créant des allées et des voies à l’intérieur de l’espace, chacune contenant un rouleau de papier de couleur crème attendant des informations qui ne seraient jamais imprimées.

Les morrowéens se séparèrent et descendirent les différentes voies entre les étagères. Lysander et Danius prirent le chemin le plus proche à gauche, vérifiant les ombres pendant qu’ils se déplaçaient silencieusement. Des obstacles occasionnels – charrettes à bras, rouleaux de papier tombé au ciel, piles de vieux journaux – leur fournissaient la couverture entre laquelle ils se déplaçaient. Tel des rats qui fuient à l’insu d’un chat affamé.

À une intersection où un rayon d’étagère perpendiculaire à la sienne, Lysander aperçut une silhouette se déplaçant. Il s’est figé derrière une tour de feuille jaunie, poussant Danius à faire de même. Lorsque la silhouette est passée, les deux hommes se sont écartés du couvert et ont convergé par-derrière.

Lysander passa son bras autour du cou de l’homme pour étouffer ses cris, et Danius lui enfonça une dague dans la cage thoracique par trois coups rapide. L’homme portait un masque de métal, un visage maussade qui dissimulait son propre visage. Pourtant, alors que Lysander tirait le corps entre les étagères, il put voir la surprise se transformer en colère futile dans les yeux mourant de l’homme.

Lorsque les vigilants arrivèrent au bout des rayons, plusieurs firent des rencontres similaires, à en juger par les éclaboussures de sang sur leurs manteaux et visages. Mais il n’y avait pas eu de cris d’alarme. Danius sourit à Lysander et articula silencieusement, Jusqu’ici, tout va bien.

***

Les résidents des imprimeries les avaient transformées pour répondre à leur besoin. Dans une zone en retrait, où les chariots rassemblaient les Daily Bulletin pour le distribuer dans la ville, l’espace avait été nettoyé et reconstruit dans un but bien plus sombre.

De talismans d’os se trouvaient à sept points autour du sanctuaire, fournissant un faible éclairage à partir de cristaux irréguliers au-dessus d’eux et pulsant d’une lumière rouge vif. Un cercle composé de lignes et de runes avait été tracé au sol, à l’intérieur du quelle deux douzaines de sectaires masqués s’agenouillaient prosternés. Les masques couvrant leurs visages déformaient leurs voix chantantes, ajoutant un bourdonnement faux et déplaisant à leurs prières répétées.

Au centre de ce groupe, le leader du culte se tenait debout. Père Jonas, l’avait appelé Bannstock. D’une main gantée, il tenait un lourd tome, lisant un long laïus tiré de ses pages. De l’autre, il agrippait le manche d’une grande épée caspienne.

L’homme se tenait face à la porte arrière des imprimeries. Les poteaux et la poutre étaient gravées de symboles abjects qui se consumaient d’une lueur interne, comme du charbon brûlant dans le bois. Alors que la voix de Jonas s’élevait et se pressait, des vrilles de fumée noire jaillissaient d’eux. Un bruit de craquement profond émanait de la structure du bâtiment – le bruit d’un navire en train de se tordre lors d’une tempête.

« Écoute-moi, Ongullu ! » s’écriait le Père Jonas, « Hurleur de la Route de Minuit [Howler of the Midnight Road], Chuchoteur de Vérités Silencieuses [Whisperer of Silent Truths], ton serviteur a tracé le chemin ! »

L’air autour de la porte sculptée de runes commençait à palpiter comme un battement de cœur. À chaque bruit sourd, Lysander voyait le fantôme d’une structure, qui n’avait pas été bâtie par des mains humaines, se superposer dans les airs, se solidifiant à chaque battement. Des silhouettes fantomatiques de créatures indescriptibles attendaient de l’autre côté, trépignant d’anticipation. Se levant au-dessus et derrière cette masse de choses, une silhouette se profilait, sa chair se modelant et se remodelant sous les yeux de Lysander. Ses yeux se sont écarquillés et son estomac s’est soulevé.

En un instant, il a compris sa place au sein de la création. Lysander se tenait en présence de l’infini. Il n’était pas seulement indigne d’être remarqué, mais il l’était totalement. Insignifiant. Pas uniquement de cet être venus récolter d’âmes, mais de tous les dieux. Menoth, Morrow, Thamar … si l’univers contenait de tels êtres, quelle place pourrait-il y occuper, Quelle trace pourrait-il y laisser ?

« Les Jumeaux me préservent », a prononcé Danius.

Stokes a pointé son pistoler consacré sur le chef du culte et a tiré. La détonation s’est imposée sur les voix qui chantaient.

Mais Jonas n’est pas tombé. Lysander était incertain de pouvoir faire confiance à ses yeux, mais l’ombre de l’homme semblait s’élever et s’éloigner du sol, se solidifiant en une figure anormalement mince en l’espace d’un instant. La balle de l’Illuminée a rebondi sur le bouclier rond et noir de cette silhouette.

Si elle a été surprise, Stokes s’en est remise en un instant. « Pour Morrow, abattez-les ! » S’écria-t-elle, sautant parmi le groupe de chanteurs avec son pistolet et son épée à la main.
L’espace a plongé dans le chaos. Les arbalètes des vigilants claquaient comme une pluie de projectiles sur les sectaires. Malgré cela, les personnages vêtus se relevaient avec des poignards de cérémonies prêts. Le Père Jonas a continué de chanter, sa voix se transformant en hurlements blasphématoires.

Les infernalistes ont contre-attaqué durement et rapidement. Ils se sont déplacés sur les vigilants comme un essaim de scarabées noirs. Lysander a sut faire un pas en arrière alors que deux personnes se ruait sur lui, tailladant avec leurs vicieuses lames. Il a frappé à gauche avec la crosse de son arbalète, donnant un coup de pied dans le genou de l’agresseur à sa droite.

En aval de Lysander, une femme hurlante s’est jetée sur le dos de Brennan, lui tailladant le visage. Danius a attrapé une autre personne et l’a projeté au loin, mais deux autres se sont attaqués à lui avec leurs poignards. Stokes conservait un espace autour d’elle, dégagé avec de rapides coups d’épée, mais elle ne pouvait faire face partout à la fois.

Les vigilants se sont battus avec plus d’habilité que la foule, mais leur nombre ne les ont pas favorisés. Là où ils ont repoussés les sectateurs, la silhouette d’ombre est apparue pour les frapper avec sa lance, les exposant à une contre-attaque intenable de la foule. Un par un, les autres sont tombés sous un linceul de robes noires, la sombre prière du Père Jonas s’élevant à mesure qu’ils étaient submergés.

Lysander s’est frayé un chemin à travers la foule jusqu’à l’endroit où demeurait Stokes, toujours debout, son bras mobile pendant mollement à ses côtés.

« Nous devons fuir », cria Lysander. « Morrow nous a oublié. »

Stokes a tranché à travers le masque d’un sectateur qui le chargeait. « Nous vivons toujours », a-t-elle prononcé. « Bien que nous nous souvenions de lui, espérons qu’il fera de même. »

L’Illuminée s’exprimait avec une conviction d’acier qui manquait à Lysander. Ensemble, ils se sont battus plus près de l’endroit où Jonas et son protecteur d’ombre attendaient. De sa veste, Stokes a tiré une longue et fine chaîne. L’extrémité était terminée par une sphère métallique perforée de sceaux sacrés. Elle l’a fouaillé au-dessus de sa tête, emplissant l’air de fumée consacrée, cinglant pour tenir les sectaires à distance.

Lysander a bondi vers l’avant, lâchant un carreau de son arbalète à la silhouette d’ombre pour la distraite. Alors qu’il interceptait son coup, il a dégainé sa lame et frappé le leader du culte. Son intention était réelle.

Alors que sa lame s’abattait, la lance de l’ombre l’arrêta. Elle s’est enfoncée à travers son armure et dans ses intestins, privant de force ses jambes et d’air ses poumons. L’épée de Lysander a glissé de ses doigts et il s’est effondré. Ses jambes semblaient distantes et froides.

Lysander s’est avancé, agrippant le bas de la robe du leader du culte. L’ombre a enfoncé sa lance dans son épaule droite et a chuinté de rire.

« Gamin », a prononcé Jonas avec un sourire en coin, « Je sers des dieux plus grands que le tien. Crois-moi, tu pourrais me tuer. »

Lysander a levé ses yeux vers l’homme. Derrière lui, les bêtes d’un autre royaume étaient presque complètement tangibles. Leur gigantesque chef les caressaient de mains qui se terminaient par mille bouches, mille bouches, regardant son corps blessé avec une constellation d’yeux affamés.

« Je peux espérer. »

***

Les fenêtres au-dessus de lui ont explosé et l’espace a été aspergé de verre étincelant. Des rayons de lumières ont transpercé l’obscurité bouillonnante et se sont dispersés sur les bords tranchants de chaque fragment, projetant des couleurs dansantes à travers la pièce glauque.

Avec un son qui ressemblait à des voix unies débordant de joie, une figure ailée est apparue. Elle brillait d’une lumière pure bannissant les ombres, traînant des banderoles d’un blanc fantomatique du bout des ailes. L’ombre protectrice du Père Jonas a poussé un cri d’épouvante quand sa chair s’est enflammée.

D’une main, le personnage tenait une lance aussi brillante que le soleil de midi. Lysander, tout en la regardant, avait de la peine dans les yeux, il a fixé le visage de la silhouette. C’était un visage bon, comme celui d’un prêtre que Lysander avait connu par le passé. Il a souri à Lysander d’un sourire triste et a incliné la tête.

D’une main faible, il a récupéré son épée et a tiré sur la robe du Père Jonas, attirant le vieil homme sur la pointe de sa lame.

Le corps de Lysander a commencé à être lumineux et léger. Il a commencé à se relever de lui-même, laissant derrière lui le vaisseau brisé. Dans la salle, il a vu les autres vigilants, Danius et Brennan, faire de même, figures d’un éclat doré, non marqués par le sang ou les blessures. Deux par deux, ils ont regardé le serviteur de Morrow apporter la ruine aux derniers sectaires avec sa lance sainte, ils l’ont regardé abattre le porte que Jonas avait essayé de bâtir.

Avec le temps, il ne restait plus que Stokes. Elle regardait la rayonnante figure, les larmes aux yeux. Les deux se sont fait face en silence durant un moment, jusqu’à ce l’Illuminée pousse au cri de tristesse, désignant les vigilants tombés au sol.

« Et moi ? » A-t-elle demandé. « N’ai-je pas fait assez œuvrer ? Je suis si fatiguée de-»

Le rayonnant a pressé un doigt sur ses lèvres, la faisant taire silencieusement avant de lui offrir une main réconfortante. Stokes s’est effondrée, rattrapée par ses nombreuses années.

S’il pensait qu’elle pouvait l’entendre, Lysander lui aurait offert ses propres mots de réconfort. Peut-être ne sommes-nous pas oubliés, ou un jour vous trouverez la paix, ci c’est ce que l’Illuminée recherchait.

Finalement, l’esprit de Lysander a offert une petite prière à Stokes.

J’espère te revoir un jour.

Source
« Modifié: 30 octobre 2019 à 10:19:48 par elric »
Citation de: Maître Yoda
Trop gentil tu seras, dans le côté obscur tu l'auras.

Si vous constatez des fautes d'orthographe et/ou de conjugaison, des phrases à remanier pour une meilleur compréhension.
Hop, -> Mp  ;)

Hors ligne elric

  • Brave
  • *******
  • Messages: 1266
    • Voir le profil
Re : PP Insider - Une lueur d'espoir
« Réponse #1 le: 23 octobre 2019 à 22:16:37 »
« Modifié: 30 octobre 2019 à 10:22:14 par elric »
Citation de: Maître Yoda
Trop gentil tu seras, dans le côté obscur tu l'auras.

Si vous constatez des fautes d'orthographe et/ou de conjugaison, des phrases à remanier pour une meilleur compréhension.
Hop, -> Mp  ;)

Hors ligne hashut

  • Brave
  • *******
  • Messages: 1132
    • Voir le profil
    • E-mail
Re : PP Insider - Une lueur d'espoir
« Réponse #2 le: 27 octobre 2019 à 14:17:09 »
Ahhhhhhh la suite Elric... sitipli!

Hors ligne elric

  • Brave
  • *******
  • Messages: 1266
    • Voir le profil
Re : Re : PP Insider - Une lueur d'espoir
« Réponse #3 le: 30 octobre 2019 à 10:23:20 »
Texte en entier
Bonne lecture

Ahhhhhhh la suite Elric... sitipli!

Voici ton souhait exhausé
Citation de: Maître Yoda
Trop gentil tu seras, dans le côté obscur tu l'auras.

Si vous constatez des fautes d'orthographe et/ou de conjugaison, des phrases à remanier pour une meilleur compréhension.
Hop, -> Mp  ;)

Hors ligne hashut

  • Brave
  • *******
  • Messages: 1132
    • Voir le profil
    • E-mail
Re : PP Insider - Une lueur d'espoir
« Réponse #4 le: 30 octobre 2019 à 13:04:13 »
 :'(

je me doutais que "jusqu'ici tout va bien" n'allait pas durer...

au moins il a vu un ange avant de trépasser...

merci bien Elric