Auteur Sujet: Noirs Secrets  (Lu 232 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne elric

  • [BGT] Animateur
  • Brave
  • ********
  • Messages: 1435
    • Voir le profil
Noirs Secrets
« le: 07 septembre 2020 à 22:53:08 »
NOIRS SECRETS

par William Shick

AU PLUS PROFOND DU BOIS D’ÉPINES, 608 AR

Grizbile regardait attentivement à travers la lunette de son fusil, concentrant sa vision améliorée sur la poitrine du Garde des Glaces conduisant un chariot de ravitaillement lourdement chargé. Les khadoréens avaient fréquemment envoyé du ravitaillement dans cette région au cours des derniers mois, mais récemment, l’activité avaient atteint un niveau fébrile et maintenant les caravanes de ravitaillement se présentaient presque quotidiennement. Grizbile ne pouvait plus se rappeler quand les entrepôts de Jarl avaient été aussi pleins. Il était temps que quelque chose se produise enfin en leur faveur.

Le pyg guérillero prit quelques respirations profondes avant d’expirer lentement, sentant tous ses muscles et ses tendons devenir complètement immobiles alors que son doigt abaissait la détente de son fusil. Il y eut un grand bruit et Grizbile sentit la crosse familière du fusil contre son épaule. Il hocha la tête de satisfaction en voyant sa cible se raidir et une fleur de sang cramoisie tacher le rouge vif de son armure thoracique. Plusieurs autres détonations résonnèrent à travers la forêt alors que les pygs de Grizbile ouvraient le feu, chacun visant à provoquer le maximum de confusion parmi la caravane. Grizbile vécu l’attaque dans sa tête, cochant la liste mentale avec un détachement froid, comme Jarl lui avait appris : S’occuper d’abord des conducteurs et de cheveux de tête et arrière pour piéger les chariots du centre. Ensuite, cibler les officiers, ne laissant aux hommes paniqués personne vers qui se tourner pour prendre la tête.

La confusion s’enracinant parmi les hommes, il appartenait à Ganch et ses sapeurs de transformer la scène en un véritable chaos. Au moment opportun, la terre autour des khadoréens assiégés éclata. Le bruit des gros flingues retentit dans les airs alors que les sapeurs tiraient dans le dos de ceux qui essayaient désespérément d’établir une sorte de défense. Sans chef, assailli à la fois devant et derrière, il était temps d’asséner le coup de grâce.

Un mugissement de vapeur s’échappa à travers les bois denses et le sol trembla alors que huit tonnes d’acier trempé et de fureur mékanique éclata dans la forêt. Avec la force d’une locomotive emballée, le Nomade percuta le chariot central, brisant le bois et le projetant dans plusieurs malheureux khadoréens qui furent écrasés sous lui. Le warjack se tourna alors pour planter son énorme espadon dans quelques membres de la Garde des Glaces survivants à sa portée, les découpant en morceaux dans des gerbes de sang cramoisi.

Un khadoréen courageux réussi à se faufiler sous les grands coups de la machine et frappa avec sa propre hache dans un puissant coup par-dessus sa tête. L’homme eut à peine le temps de manifester un regard d’horreur alors que son coup le plus puissant provoquait simplement une étincelle sur la coque en acier du warjack avec que l’énorme automate en fer ne l’attrape pas la poitrine avec ses puissants doigts en acier et l’écrase en bouillie sanglante. Face à cette nouvelle menace, les quelques khadoréens restant se retournèrent pour fuir, désespérés d’échapper au tourbillon mortel s’abattant sur eux.

Avec une facilité déconcertante, Grizbile rechargea son fusil et visa le dos d’un des soldats en fuite. L’homme tomba mort avant même d’avoir entendu la détonation du fusil. Alors que le pyg se préparait à tirer à nouveau, il vit une silhouette agile et armurée sortir de la forêt pour intercepter les deux derniers khadoréens, un Vanguard violet et blanc la flanquant. Les deux hommes paniqués s’arrêtèrent alors cette nouvelle menace apparut devant elle. Avec la grâce d’une duelliste, la femme leva son élégante lame en signe de salut d’escrimeur et leur demanda de tirer les haches de leur ceinture. Elle ne leur donna qu’un instant avant de les rejoindre, sa lame frappant comme une vipère d’acier. Elle traversa l’espace qui les séparait et gaina sa lame d’un mouvement fluide alors que les corps des khadoréens touchaient le sol à l’unisson parfait.

Grizbile passa son fusil sur son dos et s’approcha d’elle. Il fut bientôt rejoint parla forme tachée de terre de Granch, qui affichait un sourire écarquillé d’une oreille à l’autre.

« On pourrait penser que le puissant Empire du Khador offre un plus grand défi à une bande de voleurs disparates comme nous, hein, mon frère ? » Il gloussa et frappa fortement Grizbile sur l’épaule.

Grizbile grogna. « Tu n’as pas encore affronté une véritable armée. Et si tu étais un peu plus sage, tu prierais Dhunia pour que les rafles restent facile. »

La réprimande ne fit rien pour tempérer l’humeur du jeune pyg ; rien ne le faisait. « Une bonne alliée que Jarl a trouvé pour nous. Ashlynn et ses warjacks. »

Il regardait avec admiration le Nomade, qui avait posé sa lame et redressait maintenant le chariot qu’il avait envoyé voler comme du petit bois il y a quelques minutes. Une épaisse fumée noire s’échappait de la cheminée du warjack, et le gémissement de la vapeur et des pistons perçait l’air alors qu’il accomplissait sa tâche.

« Oui, elle et ses warjacks sont certainement précieux. Mais elle demande et coûte beaucoup pour son aide – et pas seulement en butin. » Cracha Grizbile. Il n’aimait pas le marché que Jarl avait passé avec la femme. Lui donné une plus grande partie des bien qu’ils pillaient était une chose, mais accepter de la soutenir dans son propre combat en était une autre. Le peuple avait déjà assez de combats sur les bras.

Il vit Ashlynn entament une discussion avec le chef de bande trollkin, Hadrin Oathheart, « Nous avons eu une bonne chasse aujourd’hui. » Elle releva une bâche sur le chariot arrière pour révéler une plaine cargaison de charbon noir. « Bien que j’adore mes frères de fer, ils ont un appétit insatiable. »

Elle tapota le châssis de son Vanguard personnel comme un chien fidèle, et il laissa échapper un doux sifflement de vapeur. Grizbile ne l’avait jamais vu séparée du ‘jack depuis qu’ils combattaient ensemble. Elle avait même insisté pour qu’il continue de fonctionner sous terre, dans le complexe de tunnels qu’ils utilisaient comme base d’opérations – l’un des nombreux complexes que les trollkin sous le commandement de Jarl avaient débarrassé des cryxiens. Alors que l’aire souterraine était assez grande pour accueillir le warjack léger, la chose crachait suffisamment de fumée âcre même lorsqu’il était au ralenti. Granch et ses sapeurs avaient déployé des efforts considérables pour creuser des puits de ventilations, en s’assurant de les placer avec soin dans des zones où la fumée serait masquée par l’épaisse végétation du Bois d’Épines.

Grizbile se rapprocha d’Hadrin. Le grand champion trollkin était un puissant guerrier, mais il n’avait pas encore acquis les compétences du métier de bandit. « Nous devons agir rapidement. On ne sait pas s’il y a d’autres khadoréens derrières. » Grizbile pouvait déjà voir ses frères de batailles passer par la routine de la préparation u transport, mais cette partie de l’opération le rendait mal à l’aise.

Hadrin le regarda pendant un moment avant de hocher la tête et de transmettre le message, en cygnaréen, à Ashlynn. Grizbile était bien considéré par Jarl et accompagnait le légendaire bandit trollkin quand il était encore considéré comme une hors-la-loi, de sorte que ses paroles avaient un poids supplémentaire avec le champion.

Ashlynn leva son regard bleu perçant sur le grand trollkin. « Même si une autre caravane nous tombait dessus, nous avons suffisamment de force pour les affronter. » Une fois de plus, Grizbile se trouva reconnaissant que Jarl ait insisté pour qu’il apprenne très tôt les bases du cygnaréen et du khadoréen.

Hadrin se retourna vers lui. « Elle a raison. »

Grizbile fronça les sourcils, son humeur demeurant inchangée. « Peut-être, mais c’est nous qui devons faire les surprises. Contrairement à ses warjacks, nos proches ne sont pas remplaçables. »

Hadrin grogna, et pendant un instant Grizbile crut que le champion allait s’emporter. Même son statut élevé auprès de Jarl n’allait pas plus loin. Hadrin n’était certainement pas obligé de l’écouter.

Hadrin se retourna et répéta son désir de faire avancer les choses rapidement. Grizbile vit les traits lisses du visage d’Ashlynn se contracter légèrement ; le pyg imaginait qu’elle n’était pas habituée à recevoir des ordres, surtout d’un trollkin. Elle fit signe de tête à Hadrin, cependant, et soudain, les yeux de son Vanguard flamboyèrent. Avec un fort grondement, il se dirigea vers un autre chariot avec elle tout près derrière.

« Je ferai attention à la façon dont tu parles de son frère de fer », déclara Granch, « surtout quand tu n’arrives qu’à son genou. » Il poussa Grizbile avec espièglerie.

« Au moins, ses frères ne causent pas des masses », déclara Grizbile. « Allez, on a du taf. »

* * *

Le Capitaine Maxwell Finn traversa le camp combiné de cygnaréens et de khadoréens. Une barbe d’un jour couvrait sa mâchoire, tandis que de la boue et des débris de forêt s’accrochait à sa tenue par endroits. Il ressemblait moins à un officier qu’à un grymkin sauvage conjuré par les ténèbres du Bois d’Épines. Sa mini sulfateuse signature était attachée dans son dos. Avec son kit de commando, Elle représentait une charge avec laquelle même le pionnier le plus en forme aurait dû mal. Finn, cependant, mouvait cela comme si les trente-six kilogrammes d’équipements sur son dos ne pesaient rien du tout.

Il avait passé près d’une semaine à travers la forêt, à la recherche d’installation cryxiennes souterraines. Il était sale, puait probablement pire qu’un Écorcheur du Bois d’Épines mort, mais pire que cela, il avait faim. Des biscuits secs, du fromage moisi et de la viande séchée plus proche du cuir que la viande séchée pouvait nourrir un soldat mais affamait l’esprit d’un combattant. Il se retourna vers les visages hagards des pionniers marchant en file derrière lui. Bien qu’ils se déplacent avec détermination, les yeux étaient vides. Ce dont ses hommes et lui avaient besoin, c’était un repas chaud, d’un pantagruélique. Morrow aide le cuistot qui essayerait de faire respecter la ration alimentaire à ses hommes aujourd’hui.


En traversant le camp, Finn ne put s’empêcher de s’émerveiller à la vue des soldats khadoréens et cygnaréens se déplaçant et se mêlant les uns aux autres. La plupart des groupes mixtes qu’il vit étaient des officiers, et ils demeureraient rarement ensemble plus longtemps que nécessaire pour se transmettre les missives ou discuter de toute question logistique. Pourtant, leurs communications étaient de plus en plus faciles, depuis l’attaque ratée contre le bastion central cryxien. À la pensée de cet engagement brutal, Finn passa inconsciemment son doigt sur sa dernière cicatrice, obtenue à la suite d’un contact rapproché avec des cœliaques. Il avait perdu beaucoup de bons hommes dans ce combat. Et donc, il pensa, sans se réjouir, que les khadoréens ne l’auraient jamais cru possible.

Après la défaite, les deux forces s’étaient repliées pour se regrouper et panser leurs blessures. La majeure partie de l’armée cygnaréenne s’était déplacée vers le sud, vers le Fleuve de la Langue du Dragon, tandis que les khadoréens s’étaient regroupés dans la partie nord du Bois d’Épines, chaque armée cherchant à rester près de ses lignes de ravitaillement respectives. Malgré cela, il y avait encore de nombreux campements mixtes cygnaréens et khadoréens de part et d’autre de la ligne de partage des eaux. Le bataillon de Finn était l’un de ceux qui étaient partis vers le nord avec les khadoréens. Peu importe leurs sentiments l’un pour l’autre, la première bataille contre le Cryx avaient mis la nouvelle alliance à l’épreuve. Ce que tout le monde avait pensé être une brève union de convenance était devenu une affaire plus longue. Maintenant, ayant vu la taille et la portée de la menace cryxienne, personne ne pensait que le combat se terminerait rapidement ou facilement.

Même s’il détestait encore les khadoréens, il devait admettre que toutes les batailles et les guerres qu’il avait livrées, celle-ci lui semblait la plus juste – même s’il se battait aux côtés d’un ennemi détesté. Le fait est qu’ils ne se battaient pas pour des frontières ou une idéologie ou simplement parce que l’humanité avait un besoin inné qui nécessité une bonne guerre de temps en temps.

Sa rêverie fut interrompue par l’odeur du ragoût chaud qui flottait dans l’air. L’odeur était si divine qu’elle faisait grogner son estomac et il dut avaler la salive accumuler dans sa bouche. Il était à environ six mètres de la tente du mess quand il entendit une voix crier son nom.

« Capitaine Finn ! Capitaine Finn ! »

Finn se tourna pour remarquer un jeune lieutenant cygnaréen courir vers lui, un bout de papier à la main. Finn soupira lourdement et se détourna avec beaucoup d’effort de la tente du mess. Le lieutenant failli lui rentrer dedans avant de se mettre maladroitement au garde-à-vous.

« Capitaine Finn, j’ai l’ordre de vous présenter immédiatement au major du QG du camp. » Sans réfléchir, Finn grogna, un son grave et dangereux. Il força son agacement quand il vit l’aide reculer d’un pas. Ce n’était pas de sa faute si Finn allait manquer son repas.

Finn se retourna et aboya, « Sergent Fullet ! Devant et au centre ! » Grâce à la discipline qu’il avait pratiquée, un homme rompit les rangs et se mit au garde-à-vous devant lui. « Je dois me présenter au QG combiné. Vous, sergent, vous devez vous assurer que les hommes reçoivent toute la bouffe chaude qu’ils veulent. En ce qi me concerne, on nous doit une semaine de repas, et ne laissez pas ces misérables officier de cuisine vous dire le contraire. »

Les yeux fatigués de Fullet s’illuminèrent à l’ordre. « Oui, monsieur ! »

« Oh, et Fullet, quand tu auras fini ici, apporte-moi le plus grand bol que tu peux, au QG. J’ai le sentiment qu’on va encore y passer un long moment.

Fullet fit un clin d’œil, la vie lui revenant sur son visage à la perspective de se remplir le entre de bouffe chaude. « Je vais vous apporter une pleine marmite, monsieur. »

Un sourire ironique se dessina sur les traits rugueux de Finn. Il se tourna vers le lieutenant et dit : « Très bien fils, montre le chemin. »

* * *

La tente du QG du camp était située au centre, ayant servi de repaire pour la disposition du reste du camp. Même s’alliant les uns aux autres, les soldats cygnaréens et khadoréens avaient gardé une frontière stricte entre leurs espaces de vie. Étant donné la taille de l’armée combinée, les troupes avaient été divisées en plusieurs grandes centre opérationnels supervisés par les hauts commandements cygnaréen et khadoréen. Chaque centre avait ensuite été divisé en camps abritant deux bataillons ou plus, dont beaucoup constituaient le conglomérat des forces des deux nations. La division avait réduit le chaos et la confusion lors des efforts de regroupement continus après la première bataille contre le Cryx.

Finn se fraya un chemin au-delà du lourd rabat en toile et entra. Le centre de la tente était occupé par une grande table en bois couverte de plusieurs cartes. Divers marqueurs représentaient les positions actuelles des autres QG opérationnels des armées ainsi que des repaires cryxiens connus ou suspectés. Au grand dam du haut commandement des deux armées, le sol sous le Bois d’Épines semblait criblé de cavernes et de tunnels, offrants à l’ennemi des endroits apparemment infinis où se cacher.

« Capitaine, merci de vous joindre à nous », prononça chaleureusement le Major Lionel Standish. « Je me rends compte que vous venez de rentrer d’une opération prolongée, mais je crains que nos alliés khadoréens viennent de découvrir une nouvelle cible. Un ayant gravement perturbé une route d’approvisionnement vitale. » Son visage moustachu avait une expression désolée.

Standish se tourna vers le groupe de trois officiers khadoréens qui se tenaient en face de lui. Chacun était vêtu d’une tenue militaire complète. Finn remarqua avec une certain humour sombre que même leurs bottes étaient impeccablement polies. Il reconnut deux des officiers : le commandement du bataillon khadoréen du camp, la Kovnik Anya Kardovich, et le Lieutenant Vasko Sergi.

Finn avait eu plusieurs interactions avec Vasko et avait même mené quelques opérations conjointes avec lui sur le terrain. Bien que l’homme ait conservé ses airs de commandant khadoréen dans le camp, il était un guerrier habile au combat – et Finn l’avait vu se mettre en danger pour protéger les hommes sous son commandement. S’il ne connaissait rien d’autre de l’homme, ce seul fait suffisait à lui faire gagner le respect de Finn. De plus, contrairement à la plupart des officiers khadoréens, lui et Vasko avait toujours été droits l’un envers l’autre. S’il devait se rendre dans l’enfer du Bois d’Épines avec des khadoréens dans son dos, il voudrait que l’un deux soit Vasko.

Finn ne reconnut pas le troisième officier. En le regardant, il vit le khadoréen prendre sa mesure également. Il était clair que l’homme n’approuvait pas le crasseux capitaine du sud. Finn était sur le point de le classer comme étant juste un autre pompeux officier quand il aperçut la fine traînée de fumée qui flottait dans le dos de l’homme. Avec une certaine surprise, il réalisa que cet homme était un warcaster khadoréen, bien qu’il ne l’ait jamais rencontré sur le champ de bataille.

Le Major Standish débuta les présentations par un signe de la main. « Capitaine Finn, je crois que vous connaissez déjà la Kovnik Kardovich et le Lieutenant Sergi. » Finn fit un signe de tête à chacun d’eux. « Et voici », dit Standish au warcaster khadoréen, « le Kovnik Andrei Malakov. » Finn fit un nouveau signe de tête au warcaster mais ne reçut qu’un signe de tête dédaigneux en réponse.

La Kovnik Kardovich débuta : « Comme le Major Standish l’a déclaré, au cours des dernièrs semaines, plusieurs de nos caravanes de ravitaillement ont disparu. Au début, nous pensions qu’elles étaient victimes d’attaques sporadiques et non coordonnées de la part des cryxiens. Nous étions préparés à cela, bien sûr. » Elle fixa Finn d’un regard froid en poursuivant : « Les dommages collatéraux sont un simple fait de guerre. »

Ce commentaire fit frémir Finn. C’était typique de l’attitude de l’élite khadoréenne.

« Cependant, un schéma s’est dégagé indiquant que ces frappes ne sont pas aléatoires mais sont plutôt exécutées depuis un point central, ici. » Elle pointa un doigt fin et ganté sur la carte au centre de la table. Un cercle griffonné marquait une zone d’environ trente-deux kilomètres au nord de leur position. « Nous ne pouvons pas permettre à cette menace de continuer à entraver nos lignes d’approvisionnement. »

Finn étudia la carte. « Et qu’en est-il de la disposition des cryxiens ? Nos éclaireurs ont-ils fait rapport ? »

Le Major Standish jeta un regard mal à l’aise vers Kardovich. « Cette mission est menée sous le commandement khadoréen. Ils m’ont assuré que leur évaluation de la situation était exacte. »

Finn fronça les sourcils, mais avant de pouvoir répondre, Vasko s’exprima. « L’ennemi est là, Capitaine Finn. Vous pouvez être certain que nous comprenons la menace présentée et que nous recherchons une réponse appropriée.

« C’est pourquoi vous êtes ici », coupa Kardovich. « Votre équipe a éliminé plus de repaires cryxiens que toute autre dans ce camp. D’après nos informations, cette nouvelle planque représente une force importante. »

« Vous voulez donc que nous résolvions votre problème à votre place ? » Grogna Finn.

« Malheureusement, Capitaine, seul, même vous n’auriez aucune chance. » La voix de la kovnik était clinique dans son évaluation. « Nous avons des informations sur le fait que cette planque inclut un important soutien de la part de warjack. Pas conséquent, vous et vos hommes serez attachés au Kovnik Malakov avec le Lieutenant Sergi et des éléments de sa force. » Elle fixa le capitaine pionnier avec un regard sévère. « Ne vous y trompez pas, ce ne sera pas une simple recherche et destruction. »

Finn le fixa, intrépide face au regard du kovnik. « Nous y arriverons, monsieur. C’est que font les pionniers. »

« Veillez à ce que ce soit fait, capitaine », dit le Kovnik Kardovich. « Vous pouvez vous retirer. »

Finn s’énerva contre le khadoréen, pensant le renvoyer devant Standish, son commandant actuel. Il regarda le major, qui haussa les épaules de bonne humeur et lui fit un signe de la tête. Finn leva la main en guise de salut puis sortit de la tente, un léger doute persistante au fond de son esprit. Quelque chose puait, mais il serait damné s’il savait ce que c’était.

Il rejeta la pensée. IL n’y avait rien à faire pour l’instant. Il faisait confiance à ses hommes pour faire le job et ils lui faisaient confiance pour les ramener vivants à la maison. C’était assez bien. Le reste se réglerait comme ça.

Maintenant, où état Fullet avec son ragoût.

* * *

Une activité animée remplissait les salles du complexe de cavernes alors que les trollkin vaquaient à leurs occupations sous le Bois d’Épines. Plusieurs trollkin chargeaient certains des derniers butins du groupe dans des chariots de ravitaillement destinés au camp principal de Jarl. Grizbile était satisfait de voir que grâce à leurs efforts, leurs amis et leurs familles seraient bien approvisionnés. Ils avaient beaucoup enduré ces dernières années, et il était temps qu’ils trouvent un peu de réconfort dans leurs foyers ravagés par la guerre.

Ashlynn se tenait à proximité, discutant tranquillement avec un mage balisticien vêtu de noir profond avec des fioritures violet foncé, Fynch di Lamsyn. Fynch était l’un des confidents les plus fiables d’Ashlynn ; Grizbile voyait rarement les deux séparément. L’homme était assez aimable et, lors d’une récente escarmouche, son habilité avec son pistolet cinémantique avait sauvé la vie d’Hadrin Oathheart, lui ayant valu une solide amitié avec Hadrin et plusieurs des champions du leader trollkin.

Grizbile aperçut Granch, qui lui sourit et lui fit signe de s’approcher. Lui et plusieurs autres pygs jouaient à un jeu de hasard qu’ils avaient de leurs invités llaelais. Granch était même allé jusqu’à tailler ses propres cubes à six faces à partir de morceaux de pierre taillés dans le mur de la caverne. Si Grizbile ne comprenait pas l’attrait d’un jeu où l’on perd régulièrement ses affaires, il s’avança quand même. Il sentit son humeur s’éclaircir alors qu’il regardait son frère gagner plusieurs tours de jeu, poussant à chaque fois un cri de victoire alors qu’une chance aléatoire le guidait.

Il commença presque à s’amuser, cédant aux cajoleries et à l’exubérance de Granch, quand il y eut un cri de l’entrée de la caverne et un pelletier solitaire entra en courant. Grizbile se renfrogna en entendant le trollkin appeler Hadrin, toujours en conversation avec Ashlynn et Finch. L’omniprésent Vanguard dominait le trio, la fumée s’échappant de ses cheminées. Le pelletier gesticula rapidement alors qu’il transmettait toutes les informations en sa possession à Hadrin et aux deux humains. Grizbile n’eut pas besoin d’entendre les paroles pour savoir que c’était une très mauvaise nouvelle. Il remarqua immédiatement leurs corps se crisper et le Vanguard commença à bouger bruyamment sur ses pieds, reflétant l’agitation d’Ashlynn. Après un rapide dialogue, Hadrin se retourna, et sa voix retentissante emplit la caverne.

« Nous avons une importante force khadoréenne qui s’approche de notre position. Ils semblent qu’ils recherchent leurs caravanes perdues. » Il leva la main pour calmer la clameur grandissante alors que la nouvelle se diffusait. « Nous avions prévu cela. Nous devons seulement les retenir assez longtemps pour que les réserves restantes soient enlevées en toute sécurité. Alors, allons-y. »

Grizbile vit un sourire fleurir sur le visage de Granch. Il savait à quoi pensait son frère.

« Écoute », dit-il en attrapant son frère durement par l’épaule. « Ce n’est pas comme attaquer une caravane de ravitaillement non préparée. C’est un vrai combat, alors ne fais rien de stupide. »

Granch fit juste un clin d’oeil. « Hé, je vais faire attention. Tu n’as pas besoin de t’inquiéter pour moi. » Il étreignit Grizbile puis se dépêcha de rassembler ses sapeurs. Grizbile le regarda partir, l’excitation clairement visible à l’occasion d’un vrai combat, et secoua la tête.

« Je m’inquiéterai toujours pour toi, petit frère », marmonna-t-il dans sa barbe. Il jeta un dernier regard vers Granch, puis dessanglât son fusil alors qu’il se dépêchait de trouver son propre groupe.

* * *

Le Capitaine Maxwell Finn grinça des dents alors qu’il luttait contre le recul de la mini-sulfateuse qu’il tenait entre ses mains. Les muscles épais de ses bras se gonflèrent alors qu’il maintenait la mitrailleuse lourde stable et tirait à travers les lignes de trollkin. Les munitions de gros calibre de la sulfateuse percutaient les rochers et les caisses de ravitaillement pour pulvériser le bois et la pierre au moment même où elles perforaient l’armure et s’enfonçaient dans la chair molle en dessous.

Finn jura à nouveau dans sa barbe alors qu’un pionnier à sa gauche était touché par une balle trollkin. L’homme chuta, un gargouillis sortant de sa bouche alors qu’il tentait désespérément d’endiguer l’écoulement de sang de son coup, là où il avait été touché. Finn avait encore du mal à croire qu’il s’agissait d’une bande trollkin hors-la-loi qu’ils affrontaient. Les khadoréens l’avait pris lui et Standish pour des imbéciles.

Depuis qu’ils s’étaient infiltrés dans le complexe de tunnels, il ressentait une constante sensation au fond de son esprit. Au cours des dernières semaines, il avait nettoyé plus de tunnel cryxiens qu’il ne pouvait compter, mais celui-ci était presque entièrement différent, ne partageant avec les autres que de faibles similitudes de construction. Les tunnels cryxiens empestaient la mort et la pourriture et étaient souvent jonchés de débris provenant de la macabre œuvre des nécrotechs. Malgré une légère humidité, ces tunnels avaient une bonne ventilation et étaient loin de l’enfer oppressant dont Finn se souvenait. Lorsqu’ils avaient découvert des signes de vie – des lits, des latrines et des foyers – il avait tout de suite su que quelque chose n’allait pas.

« Sergent Éclaireur ! », brailla-t-il entre deux rafales de sa mini sulfateuse. Le sergent éclaireur Landon Codwell couru sans effort vers Finn alors que le reste de son escouade de rangers lâchait un tir de couverture. Les hommes de Finn étaient coincés dans l’une des cavernes centrales du complexe de tunnels. Heureusement, l’endroit était rempli d’affleurements rocheux ainsi que de chariots, de lourds barils et de caisses de ravitaillement, ce qui offrait une couverture suffisante.

« Capitaine ». Le sergent éclaireur salua rapidement.

Une balle brisa l’oreille de Finn et percuta une paroie de pierre à sa droite, et il jura alors que plusieurs éclats de roche s’enfonçaient dans ses bras exposés. « Sergent, j’ai besoin que vous et vos hommes me trouviez un chemin détourné. Ces foutus trollkin s’amusent des fous avec nous, et tant que le Kovnik Malakov n’aura pas fait descendre ces fichus ‘jacks ici, nous continuerons à nous faire défoncer. »

Le sergent hocha la tête et se glissa dans un tunnel faiblement éclairé, poussant un sifflement strident. Le reste de son équipe se fondit alors dans le terrain environnant, silencieux comme des fantômes.

Finn lâcha une nouvelle salve et se dirigea vers la position du Sergent Fullet. Fullet et ses hommes étaient recroquevillés, faisant bon usage de la vaste couverture de la zone, tirant sur la ligne trollkin. Alors que les choses empiraient, Finn remercia pour le fait que jusqu’à présent, les seules véritables victimes avaient été les réserves de munitions de ses hommes.

« Fuller, rapport. » Aboya Finn.

« Ils nous ont bien coincés, monsieur. Je ne sais pas combien de temps on pourra encore supporter. Le Sergent Corley et ses commandos ont hâte de tenter leur chance. Il est à peu près sûr qu’ils peuvent s’approcher et ralentir la cadence. »

Finn grogna. « Oui, je suis sûr que les garçons de Corley pourraient le faire, en plus. Mais la dernière chose dont on a besoin est de se retrouver dans une mêlée avec des trollkin déterminés. Codwell nous trouve un autre moyen d’entrer. »

« Monsieur … » Débuta Fullet, puis s’arrêta.

« Allez-y, sergent », dit Finn.

« Monsieur, pourquoi diable affrontons-nous les trollkin ? Je croyais qu’on chassait le Cryx. »

Finn s’arrêta un instant, il s’était déjà posé la même question, mais il aurait le temps de découvrir plus tard pourquoi leurs « alliés » khadoréens les avaient mal informés. « Le commandant nous a envoyé pour découvrir qui interceptait les fournitures du Khador et y mettre fin. Trollkin ou Cryx, cela ne change rien. »

Il y eut un cri à travers les lignes de bataille, et Finn se retourna pour remarquer une vague de guerrier trollkin se précipiter vers eux, se déversant autour de la couverture éparpillées – et pire encore, des tunnels qui bordaient la grande caverne centrale.

« Je suppose que les garçons de Corley vont se battre après tout », déclara Fullet.

Finn poussa un cri et s’exposa à nouveau avec sa sulfateuse. Un rapide examen de la situation lui apprit que ses hommes étaient en difficultés. Ses oreilles captèrent soudain le son caractéristique des warjacks qui résonnaient dans la caverne. Le problème était que le son venait de devant lui, et non de derrière.

Finn sentit une peur froide s’emparer de lui lorsqu’il vit deux Nomades émerger de l’un des principaux tunnels de la caverne, une épaisse fumée noire s’échappant de leurs cheminées alors qu’ils couraient derrière la charge de trollkin. D’où diable venait-il ? Se demanda-t-il. Les trollkin n’ont pas de satanés warjacks ! C’était la dernière chose dont il avait besoin pour l’instant.

Finn s’efforça de se calmer, de se concentrer sur la situation. Des années d’expérience de combat lui permirent de voir la bataille se cristalliser devant lui. Il était sur le point de donner l’ordre à ses hommes de se replier quand il vit la charge trollkin éclater dans une grande explosion alors que le boucan assourdissant secouait la caverne. Il reconnut les bruits sourds distincts des bombardes derrière lui. Malakov s’était finalement décidé à se pointer – et si l’homme ne faisait pas attention, il allait faire tomber toute la caverne au-dessus d’eux.

* * *

Grizbile regarda la charge des guerriers trollkin soudainement inondées de flammes. Il savait que les warjacks khadoréens allaient inévitablement imposer leur présence, mais c’était une autre chose de voir leur potentiel destructeur se déchaîner, surtout dans les limites étroites de la caverne. La poussière remplissait l’air et des rochers tombaient de murs tandis que le choc de l’explosion secouait le sol. Leur élan étant stoppé par le bombardement, les trollkin se retrouvèrent sous l’assaut de tout un contingent de khadoréens, principalement des Gardes des Glaces mêlés au xpionniers cygnaréens. Les trollkins avaient pris le dessus au début, mais ils étaient maintenant désespérément en infériorité numérique.

Alors qu’il observait le champ de bataille, Grizbile aperçut Ashlynn, son Vanguard de compagnie près d’elle alors qu’elle se dirigeait vers le centre de la bataille en cours. Il savait que même elle avait peu d’espoir de renverser le cours de la bataille, mais elle pouvait aider à ralentir l’assaut et donner aux trollkin et aux llaelais une chance d’évacuer les biens volés. Des runes arcaniques brillèrent autour de sa main avant de se déplacer pour se fondre autour de Hadrin et de ses champions. Leur vitesse s’accrut, les mouvements des champions devinrent un flou alors qu’ils avançaient pour engager la nouvelle menace avec le warcaster qui les suivait de près.

Grizbile visa à travers la lunette de son fusil et tiré au centre d’un groupe des Gardes des Glaces qui avaient commencé à se déverser derrière les lignes cygnaréennes. C’est lorsque son groupe avait engagé les pionniers cygnaréens au lieu des khadoréens que le pelletier trollkin l’avait remarqué, et il avait été surpris, c’est le moins qu’il puisse dire. Il semblait maintenant clair que, de façon assez effrayante, les deux forces œuvraient ensemble.

Il désépaula et hocha la tête pour lui-même en voyant sa cible tomber. Cassant son fusil, il se retourna vers Ashlynn. Avec son sabre, Némésis, dans une main et son énorme canon à main dans l’autre, la femme était aux côtés des champions d’Hardrin, engageant un groupe de Garde des Glaces. Plus de runes entouraient sa lame, qui brillait tel un éclair dans sa main. Là où elle frappait, des cadavres chutaient. Les ennemis dont elle ne s’occupait pas était brutalement abattu par la vilaine guisarme de son Vanguard. Le warjack se déplaçait en parfait accord avec sa maîtresse, s’interposant entre elle et toute menace sur son flanc exposé, un grand frère d’acier et de vapeur gardant fidèlement sa petite sœur.

Grizbile chercha des signes de Granch au milieu du chaos, mais il semblait que lui et ses sapeurs n’avaient pas encore fait connaître leur présence. Pour Griebile, c’était pour le mieux. Cette bataille n’était pas un endroit où son frère avait besoin être.

Un de ses compagnons guérillero poussa un cri, et Grizbile se tourna pour voir l’imposante forme rouge d’un Destructeur khadoréen se profiler à l’horizon. La grande machine émis un hurlement de vapeur avant que des runes arcaniques ne la ceinturent et qu’elle ne charge le Nomade le plus proche d’une soudaine explosion de vitesse. Le warjack mercenaire fut légèrement plus rapide et fit descendre son espadon caspien en un arc de cercle qui fendit le blindage d’épaule du Destructeur et traversa le bras canon du warjack ennemi. Mais alors que l’attention d’Ashlynn était partagée, le warcaster khadoréen consacra toute son énergie à l’assaut de son warjack.

Le Destructeur planta sa hache d’un geste puissant à l’endroit qui reliait l’épaule au torse du Nomade. Dans une pluie d’étincelles, l’arme du khadoréen trancha l’articulation, faisant tomber le bras du Nomade au sol, sa main agrippant toujours son espadon. Son adversaire étourdi, le Destructeur porta plusieurs autres attaques, arrachant le blindage et anéantissant les délicats rouages internes du warjack mercenaire. Avec un bruit de métal tordu et de vapeur fusant, le Nomade s’effondra. Le Destructeur poussa hurlement de victoire alors que de la vapeur s’échappait de sa face. Juste à ce moment-là, deux autres monstrueuses machines émergèrent de derrière les lignes ennemies, un khadoréen, droit comme un i, en armure de warcaster se promenant négligemment juste derrière elles.

Serrant les dents de frustration et essayer de calmer sa panique croissante, Grizbile chargea une autre cartouche dans son fusil et visa soigneusement le nouvel arrivant. Ses muscles se tendirent alors qu’il expirait à mi-chemin, sentant une immobilité parfaite envahir son corps pendant un bref instant. Doucement, il appuya sur la détente.

Le fusil rugi et Grizbile vit un éclair chatoyant enrober le warcaster alors que la balle s’écrasait dans son champ d’énergie. Plusieurs autres membres de l’unité de pyg tentèrent de suivre son exemple, mais les lourds warjacks khadoréens se déplacèrent pour cacher me warcaster vulnérable. En rechargeant, Grizbile entendit deux tirs distincts de bombardes et le gémissement des obus voguant dans les airs. À ce moment, il sut avec une clarté cristalline où ces obus étaient dirigés. Il s’efforça de se dégager, même s’il savait qu’il était trop tard. Il fut à peine à terre que toute sa réalité était consumée dans un torrent de feu.

* * *

Finn regardait les warjacks de Malakov et la Garde des Glaces de Vasko faire des ravages sur le champ de bataille. L’arrivée des khadoréens aurait pu être mieux chronométrée, mais Finn n’allait pas se plaindre.

Malgré la fureur de l’assaut khadoréen, le centre des lignes trollkin demeurait derme, brisant les efforts des nordistes telle une vague sur un brise-lame. Les trollkin reculaient, mais beaucoup plus lentement que cela n’aurait dû être le cas étant donné l’avantage numérique des forces alliées. Finn ne savait pas comment, mais la façon dont le combat se déroulait lui indiquait que les trollkin avait le soutien d’un warcaster.

Le capitaine se mit à couvert derrière une stalagmite rugueuse et rapidement rechargea sa mini-sulfateuse avec sa dernière bande de munitions. En regardant de l’autre côté de la ligne, il vit la forme caractéristique de Vasko se précipiter vers lui de couverture en couverture. L’officier khadoréen se pressa contre la stalagmite que Finn employait comme couverture.
« Capitaine », dit Vasko.

Finn grogna. Il était toujours furieux de la rétention d’information par les khadoréens. Ignorant le lieutenant nordiste, il appela Fullet, qui se trouvait juste en face de lui, employant un chariot renversé pour se mettre à l’abri, alors qu’il s’apprêtait à tirer dans le tourbillon de la bataille.

« Fullet ! L’équipe de Codwell nous a trouvé une solution. Nous allons l’utiliser pour nous glisser derrière ces salauds et les choper dans un bon vieux tir croisé. »
Vasko parla. « Si cela ne vous dérange pas, Capitaine, je me joindrai à vous. » Il rechargeait son tromblon pendant qu’il s’exprimait, « Je voudrais mettre fin à ce combat le plus rapidement possible pour mes hommes. »

Le capitaine cygnaréen acquiesça et fit signe à Fullet et à ses pionniers de se préparer à bouger. Bien qu’ils soient fatigués, l’idée de passer à l’offensive avec le légendaire Maxwell Finn en tête leur avait clairement remonté le moral. Ils se déplacèrent rapidement, restant à couvert entre les deux avant de s’élancer dans l’un des tunnels auxiliaire reliés à la caverne principale.

Finn murmura un petit merci pour le fait qu’avec l’ennemi si fortement engagé, il y avait peu de chances que lui et ses hommes aient des ennuis en chemin. Il s’émerveilla de l’habilité des rangers, qui pouvaient facilement se déplacer dans le labyrinthe de tunnels et de passages qu’ils venaient de repérer. En quelques minutes, le groupe émergea d’un tunnel qui sortait derrière la ligne principale trollkin. Grâce à une série de signes de mains rapides, Finn plaça ses hommes dans la position d’enfilade parfaite.

Il scruta le terrain, Se préparant à donner l’ordre de tirer, il aperçut une personne qu’il n’avait plus vu depuis la Guerre Llaelaise. Là, tenant le centre de la retraite du combat trollkin contre les khadoréens, se tenait Ashlynn d’Elyse, Némésis clignotant telle une chose possédée dans sa main. Comme un barrage qui se brisait, le souvenir d’hommes et de femmes de valeur, llaelais et cygnaréens, ayant combattu et étant morts à ses côtés dans cette guerre, inondèrent l’esprit de Finn. S’il donnait l’ordre, Ashlynn se joindrait à cette liste.

« Monsieur ? » Demanda Fullet, le visage marqué par la préoccupation. « Vos ordres ? »
Vasko les regarda. « Éliminez la warcaster ennemi ! Rapidement, alors que nous avons l’avantage. »

Finn se renfrogna. Il jeta un autre coup d’oeil à Ashlynn, bravant l’enfer pour offrir à ses alliés le temps de s’échapper. Combien de fois la femme avait-elle été dans la même situation au fil des ans ? Combien de courageux cygnaréens avaient été sauvés par ses actions dans les différentes batailles communes de la Guerre Llaelaise ?

« Capitaine Finn, donnez l’ordre de tirer ! » Cira Vasko. Il se tourna vers les pionniers. »Feu ! » Hurla-t-il. Mais aucun d’eux ne bougea.

Au diable les khadoréens. Il n’allait pas faire leur sale boulot à leur place. En ce qui concerne Finn, il avait accepté de combattre les cryxiens avec eux, et il ne semblait pas y avoir de cryxiens ici. Le Llael était un allié de Cygnar depuis des siècles ; les khadoréens, pendant quelques semaines seulement.

« Lieutenant, ne vous avisez pas de donner des ordres à mes hommes ! » Grogna Finn. Il se tourna vers Fullet. « Ne tirez pas. »

« Vous n’êtes pas sérieux ! Cette femme est une ennemie de l’Empire du Khador et a engagé vos propres forces ! » Vasko était furieux, mais Finn avait fini d’être le garçon de courses des khadoréens pour aujourd’hui.

Voyant que Finn ne plierait pas, Vasko attrapa le fusil du pionnier le plus proche et visa le dos, non gardé, d’Ashlynn. Avant qu’il ne puisse appuyer sur la détente, Finn le chopa d’une poigne rude et le frappa au visage. Fullet resta bouche bée devant son supérieur autant par choc que par respect.

« C’est pour avoir désobéi aux ordres, Lieutenant » Dit Finn alors que le khadoréen s’écrasait au sol.

Finn fit la grimace en secouant sa main et en regardant ses pionniers. « Gardez vos munitions pour les morts-vivants. Ce combat est déjà gagné. »

Ils virent la bataille arriver à son paroxysme. Ashlynn et ses deux warjacks restants tinrent la ligne contre les envahisseurs khadoréens alors que les trollkin et les llaelais restants fuyaient de l’un des tunnels principaux, traînant avec eux ce que les blessés pouvaient avec eux alors que les tirs de tromblons et les tirs de fusils des pionniers les harcelaient. Lorsque ses alliés furent sorits de la caverne, elle se retira. Malakov envoya l’un de ses Destructeurs en avant vers le tunnel mais avant que le warjack ne puisse les poursuivre, il y eut un grondement semblable au tonnerre et l’ouverture s’effondra dans un tas de roches et de débris. Pendant un bref instant, un étrange silence envahit la caverne.

Finn examina les suites de la bataille. Des cadavres de trollkin, de cygnaréens et de khadoréens dans la caverne. Certains auraient pu dire que c’était une attitude incorrecte, mais Finn était heureux de voir que le nombre de morts khadoréens dépassait de loin les pertes cygnaréennes. Ils étaient peut-être unis face à un ennemi commun, plus importants que chaque côté ne pouvait affronter seul, mais il était clair pour lui que les anciennes habitudes ne changeraient jamais. Que ce soit dans une semaine ou un an, l’alliance se dépérirait et mourrait une fois la menace vaincue. C’était peut-être dur à supporter pour un homme réfléchi. Heureusement, Finn était un homme de bataille.

Il aperçut le warcaster khadoréen, Malakov, qui traquait, sa fureur palpable. Finn s’approcha de son capitaine avant que Finn ne lui fasse signe de reculer.

Malakov enfonça un doigt ganté dans la poitrine de Finn quand il s’approcha. « Expliquez-moi pourquoi je ne devrais pas vous exécuter maintenant ! Vous avez non seulement agressé un officier khadoréen, mais vous avez laissé une criminelle connue et dangereuse fuir ! »

Finn ne cligna même pas les yeux. « Je ne suis pas ici pour faire votre sale boulot, Kovnik. Notre alliance est contre le Cryx et le Cryx uniquement. Et je suis l’officier responsable de mes hommes – pas vous, et certainement pas le Lieutenant Vasko. » Il repoussa la main de Malakov. Le khadoréen le fusilla du regard, mais il semblait à court de mots. Finn continua, la voix dur. « Si jamais vous mettez à nouveau mes hommes en danger pour les intérêts de votre mère patrie, il y aura des comptes à rendre. » Les yeux toujours rivés sur ceux de Malakov, Finn aboya à Fullet : « Sergent, prépare les hommes à partir. »

« Oui, monsieur », répondit immédiatement Fullet. Il regarda Malakov avec inquiétude et ajouta : « Et les khadoréens ? »

« Ils connaissent le chemin retour. » Finn tourna le dos au warcaster, le congédiant carrément. « De plus, ces fichus warjacks bougent trop lentement, et j’ai rendez-vous avec une pleine casserole de ragoût. »

« Oui, monsieur ! » Fullet salua et s’éloigna pour commencer à donner des ordres aux hommes.

Finn jeta un dernier coup d’oeil sur le terrain. Ils devaient récupérer leurs morts, mais il ramènerait tous ses gars à la maison, même s’il devait les porter.

* * *

Grizbile se réveilla pour remarquer une silhouette floue au-dessus de lui. Il se sentait mal et ses jambes étaient étrangement engourdies, mais le plus dérangeant de tout était qu’il avait l’étrange sensation de bouger. Il se battit pour se vider la tête et fut pris le besoin de vomir. Lorsqu’il eut fini, il jura qu’il n’avait pas mangé autant depuis une semaine. Il se rendit compte qu’il était porté sur une civière au-dessus du sol.

Sa tête tournant toujours, il entendit l’incomparable voix de Granch. « Doucement, grand frère. Tu as pris un sacré coup. » Les mots étaient ternes, presque creux, sans l’exubérance habituelle de son frère.

« Que s’est-il passé ? » dit-il d’une voix rauque, la gorge sèche.

Granch le regarda, une hébétée engourdie dans les yeux. « Nous avons perdu. »
L’expression de Grizbile bouillonna. « Et … les stocks ? »

« Grâce à Ashlynn, nous avons pu sortir les plupart à temps. » Le jeune pyg eut un regard triste. « On ne peut pas en dire autant de nos frères de batailles. »

Grizbile prit un moment pour laisser l’information pénétrer, puis força autant de joie qu’il ait jamais fait dans sa voix alors qu’il tendait la main pour tapoter le trollkin. « Mais nous … avons survécu … n’est-ce pas ? »

Il vit les yeux de Granch scintiller sur sa forme allongée, puis Granch releva la tête, fixant son regard sur la route.

« Ouais, grand frère. On a survécu. »

Source
« Modifié: 15 septembre 2020 à 13:48:03 par elric »
Citation de: Maître Yoda
Trop gentil tu seras, dans le côté obscur tu l'auras.

Si vous constatez des fautes d'orthographe et/ou de conjugaison, des phrases à remanier pour une meilleur compréhension.
Hop, -> Mp  ;)

Hors ligne elric

  • [BGT] Animateur
  • Brave
  • ********
  • Messages: 1435
    • Voir le profil
Re : Noirs Secrets
« Réponse #1 le: 07 septembre 2020 à 22:53:27 »
Petite mise en bouche  ;D
« Modifié: 07 septembre 2020 à 22:55:30 par elric »
Citation de: Maître Yoda
Trop gentil tu seras, dans le côté obscur tu l'auras.

Si vous constatez des fautes d'orthographe et/ou de conjugaison, des phrases à remanier pour une meilleur compréhension.
Hop, -> Mp  ;)

Hors ligne Titi

  • [BGT] Modérateur Global
  • Immortel
  • ********
  • Messages: 12090
    • Voir le profil
    • E-mail
Re : Noirs Secrets
« Réponse #2 le: 08 septembre 2020 à 07:48:19 »
Cool ! :)
"De retour en Cygnar !!! Ouais, bon, uniquement parce qu'on a des nouveaux trucs..."

Hors ligne elric

  • [BGT] Animateur
  • Brave
  • ********
  • Messages: 1435
    • Voir le profil
Re : Noirs Secrets
« Réponse #3 le: 15 septembre 2020 à 13:48:34 »
Texte en entier.

Bonne lecture  :)
Citation de: Maître Yoda
Trop gentil tu seras, dans le côté obscur tu l'auras.

Si vous constatez des fautes d'orthographe et/ou de conjugaison, des phrases à remanier pour une meilleur compréhension.
Hop, -> Mp  ;)

Hors ligne Titi

  • [BGT] Modérateur Global
  • Immortel
  • ********
  • Messages: 12090
    • Voir le profil
    • E-mail
Re : Noirs Secrets
« Réponse #4 le: 15 septembre 2020 à 14:45:17 »
Merci pour le tout ! :)
"De retour en Cygnar !!! Ouais, bon, uniquement parce qu'on a des nouveaux trucs..."