Auteur Sujet: Désolation figée  (Lu 262 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne elric

  • [BGT] Animateur
  • Brave
  • ********
  • Messages: 1760
    • Voir le profil
Désolation figée
« le: 26 septembre 2022 à 15:55:37 »
DÉSOLATION FIGÉE

par Aeryn Rudel

CYGNAR

« C’est quoi ? » demanda le Capitaine Ardan Bray, le visage assombri par l’incrédulité.

« C’est complètement amphibie, monsieur », répondit le forge-tempête en toute simplicité. Elle écarta ses lunettes de ses yeux et les remonta sur ses cheveux brun souris. C’était une jeune femme petite et simple, vêtue de la tenue bleu vif des forges-tempêtes. Des outils – certains reconnaissables par Ardan, d’autres totalement mystérieux – pendaient à sa large ceinture de cuir, et elle tenait une clé à molette dans sa main droite. Des galons de sergent, dans le style utilisé par les spécialistes, était cousu sur sa manche.

« Mais c’est une Luciole », insista Ardan, toujours incapable de croire que le warjacks léger accroupi sur le pont tanguant du Bright Star était en fait aquatique. Non seulement un tel concept était très rare dans l’actuel arsenal de Cygnar. Mais il plus qu’étrange que le warjack choisi pour une modification amphibie soit celui qui s’appuyait sur l’énergie galvanique comme arme offensive principale.

La jeune forge-tempête soupira avec lassitude. « J’essaierais bien d’expliquer, mais je pense pas qu’il soit possible pour quelqu’un ayant une formation technique insuffisante de comprendre. Monsieur ». Ajoutant le titre tardivement, comme si elle venait de se souvenir qu’elle s’adressait à un officier supérieur. Cela fut suffisant pour irriter Ardan, qui semblait se heurter à cette réaction à plusieurs reprises depuis son embarquement sur le navire.

« Sergent », prononça Ardan, sa voix prenant un ton tranchant, « je n’apprécie pas votre attitude condescendante ».

Les sourcils de la jeune forge-tempête se haussèrent au reproche, mais elle se reprit rapidement et se mit au garde-à-vous. « Oui, monsieur. Désolé, monsieur », dit-elle. « Je ne peux pas vous dire combien de fois j’ai dû expliquer la Manta. C’est très compliqué. Comme vous êtes le warcaster assigné à ce test de terrain, je suppose que vous avez été briefé ».Elle avait dit cela d’un ton si sérieux qu’il n’y avait pas de critique implicite.

La colère d’Ardan s’apaisa, et il réalisa que la forge-tempête se tenant au garde-à-vous devant lui n’était que de quelques années sa cadette. À vingt-quatre ans, il était jeune pour un warcaster, et malgré sa volumineuse armure de warcaster et son insigne de capitaine, il n’attirait pas souvent le respect de ses collègues plus vétérans. Peut-être que lui et la forge-tempête avaient cela en commun.

Ardan venait juste d’achever son circuit de compagnon, et sa première mission était d’enquêter sur les rumeurs d’un bastion de pirates située sur l’Île de Thelborn. Située au large de la côte nord de Khador, dans une région connue sous le nom de Désolation Figée, Thelborn était pour le moins isolée. Il était cependant logique que des corsaire emploient cette île largement inexplorée comme base pour attaquer toute la côte ouest de l’Immoren.

L’activité des pirates était toujours une préoccupation, mais les graves insinuations selon lesquelles le gouvernement khadoréen aidait les pirates de Thelborn avaient poussé Cygnar à l’action. Ardan, une petite force cygnaréenne et une poignée de warjacks avaient embarqués à bord de trois navires ordiques et envoyés au nord pour enquêter. Ce n’était pas exactement a mission de rêve d’Ardan, mais c’était un ordre, une chance de faire ses preuves. Quand on lui avait indiqué qu’un warjack expérimental serait placé sous son commandement, cependant, il s’était attendu à quelque chose comme une Chargeur avec un double canon amélioré, mais par une Luciole amphibie. Il commençait maintenant à se demander si la priorité de cette mission était d’enquêter sur des rumeurs de piraterie ou de tester les systèmes d’armes de ce nouveau warjack.

« Repos, sergent », dit Ardan après une courte pause ? « Dîtes-moi votre nom ».

« Sergent spécialiste Galva Hendricks, monsieur », répondit-elle immédiatement.

« On m’a seulement dit que je prendrais le commandement d’un warjack expérimental avant de quitter Ceryl et que le mékanicien assigné au ‘jack m’expliquerait tout ce que j’ai besoin de savoir », dit Ardan.

« Je vois, monsieur », répondit le Sergent Hendricks. « Je suis cette mékanicienne, monsieur ».

« Je croyais que vous étiez une forge-tempête », répondit Ardan, l’air perplexe.

« Eh bien, monsieur, la Manta exige beaucoup de ses mékaniciens, « déclara le Sergent Hendricks ». J’ai donc reçu une formation de mékanicien et de forge-tempête.

« C’est un impressionnant ensemble de compétence, sergent ». Ardan le pensait.

Le Sergent Hendricks lança un sourire qui anima ses traits simples et simples. « Merci, monsieur ».

Ardan continue : « Essayer de me guider. Je connais un peu les warjacks, de par ma propre formation. Ne craignez pas de me dérouter ».

Elle acquiesça et reporta son attention sur la Manta devant elle. Il y avait une lueur dans ses yeux alors qu’elle passait à son évidente passion et son domaine d’expertise. « Donc, vous remarquerez qu’il n’y a pas de modification extérieure évidente sur cette Luciole ».

« Bien », répondit Ardan en hochant la tête. « Nous ne voulons pas que l’ennemi soupçonne que c’est autre chose qu’une Luciole standard ».

« Exactement, monsieur », répondit le Sergent Hendricks. « Toutes les grosses modifications sont à l’intérieur de la coque, et la plupart d’entre elles consistent à isoler la fournaise, la chaudière et les relais galvanique du ‘jack de l’eau ». Elle s’arrêta, et son visage s’éclaira d’un sourire étonnamment malveillant.

« Oh non, monsieur. La manta réserve une sacrée surprise à tous ceux qui sont assez fous pour se jeter à l’eau avec elle. Elle se déplaça vers le bras gauche de la Manta, qui était équipée d’un engin galvanique ressemblant un peu à un paratonnerre et un peu à un canon avec un long et fin fût. Elle tapota légèrement l’arme avec sa clé. « Nous avons modifié son blaster-tempête afin qu’il émette constamment une impulsion galvanique interférant avec le transfert magique.

Ardan tapota son menton avec son index. « Ainsi, un warcaster ennemi ne peut donc pas transférer d’énergie à ses warjacks tant qu’il se trouve dans ce champ », dit-il intrigué. « Quelle est la porté de cette impulsion ? »

Le Sergent Hendricks fronça légèrement les sourcils. Le capitaine avait trouvé l’une des faiblesses du ‘jack expérimental. « Assez courte. Environ trois mètres ».

« Encore. Ce n’est pas mal et ça pourrait s’avérer utile. Est-ce que Manta a été testé ailleurs ? »

« Euh... » Commença le Sergent Hendricks. « Pas officiellement ».

« Êtes-vous en train de me dire que je pourrais emmener un prototype non testé au combat ? » demanda Ardan, soudainement alarmé.

« Eh bien, il y en avait un autre en cours de test, monsieur ».

« Avait » dit Ardan. La froideur de la peu s’installant dans ses tripes. « Qu’est-il arrivé ? »

« Il, euh, a mal fonctionné », bégaya le Sergent Hendricks.

« Que s’est-il passé, sergent ? » grogna Ardan ? « Dîtes-le moi maintenant ».

« Il a explosé ».

« Il a quoi !? » hurla Ardan. « Quelqu’un a été blessé !? Ou tué ? Se dit-il.

Le visage du Sergent Hendricks devint un masque de peur, et elle regarda autour d’elle ? Essayant de trouver quelque chose à faire avec ses mains. « Pas vraiment, monsieur … » dit-elle. « Je veux dire, l’Officier Forge-Tempête Termon a perdu un bras, mai ce n’est pas si mal. Je veux dire, l’explosion a détruit le centre de test, donc si vous regarder les choses de cette façon... »

« Assez, sergent », répondit Ardan. « Dites-moi seulement si ce prototype » – il désigna la Manta sur le pont – « a effectué plus de tests que le premier ».

Le Sergent Hendricks s’illumina soudainement. « Oh, oui, monsieur », dit-elle en hochant la tête avec enthousiasme. « Nous avons pu déterminer ce qui avait causé le dysfonctionnement du premier et l’avons résolu dans ce prototype. Il est parfaitement sûr, monsieur ».

« Vous pariez votre vie là-dessus, sergent ? » demanda Ardan, la voix grave. « Ou la mienne ? »

« J’ai confiance en mon travail, monsieur », répondit-elle immédiatement, les lèvres serrées en une ligne dure. Toutes les traces de peur et de doute s’étaient effacées de son visage, et Ardan vit la confiance d’une artisane qualifié défendant son travail.

« D’accord, cela me suffit, sergent », dit Ardan, offrant à la jeune spécialiste un hochement de tête et un sourire. « Rompez. Vous pouvez rejoindre le reste de votre équipe en bas ».

« Oui, monsieur ». Le Sergent Hendricks salua intelligemment, puis le quitta pour observer les vagues s’agitant sur les plats-bords, tandis que le Bright Star faisait route vers le nord. Quelques heures seulement après le début de leur voyage, ils longeaient encore la côte sur d’Ord, mais Ardan croyait déjà sentir l’air se refroidir.

Il éprouvait une certaine appréhension à l’idée de naviguer au coeur du territoire contrôlé par le Khador. Il était vrai sue le côte ouest de Khador était assez peu peuplée. L’île qu’ils s’apprêtaient à explorer n’abritait probablement rien d’autre que des rochers froids et du liche lavés par les vagues. Néanmoins, la Désolation Figée pouvait être un endroit dangereux, même s’il n’y avait que des pirates à Thelborn et qu’ils ne rencontreraient jamais l’armée khadoréenne. Les histoires de rejetons draconiques étaient maintenant assez courantes pour ne plus être prises pour de simples rumeurs.

Ardan frissonna. Il avait reçu une formation sur les rejetons draconiques pendant son séjour à l’Académie de Stratégie Militaire, et il n’avait aucune envie d’avoir affaire à de telles monstruosités lors de sa première mission. Il pouvait s’occuper des pirates et des warjacks ennemis, qui avaient des visages et des motivations humaines. Les rejetons draconiques, étrangers et inhumain, étaient une toute autre affaire.

Ardan posa sa main sur le châssis de la Manta à côté de lui alors qu’il regardait l’océan. Le warjack avait été préparé pour son emploi, et il put ressentir son cortex s’agiter au contact physique de celui qui serait son maître. Le bourdonnement sourd et régulier du cortex du ‘jack dans le fond de son esprit était apaisant, et pour le moment il s’autorisa à mettre de côté le danger à venir. Il se concentra uniquement sur le vent, le ciel, et le sel de l’océan contre sa peau.

KHADOR

Le pionnier feinta avec son long couteau à l’épaisse lame, un coup d’estoc élevé bien trop lent pour être convaincant. La véritable attaque du soldat du soldat cygnaréen arriva l’instant d’après, comme Dmitri le savait, un coup de poignard dans la poitrine. C’était une habille attaque, mais pour Dmitri Ulchev, vétéran d’une centaine de duels, la frappe était lente et maladroite. Il repoussa le couteau avec l’épée courte qu’il tenait dans sa main gauche, fit un pas en avant dans les défenses du pionnier et planta sa seconde lame dans l’abdomen du soldat cygnaréen. La lame entra dans un angle aigu, glissant sous la cage thoracique pour perforer le poumon et le coeur du pionnier. Le jeune soldat n’émit qu’un grognement étouffé de surprise avant que la mort ne l’emporte.

Dmitri laissa tomber le corps au sol et se rendait compte qu’il était, pour le moment, seul sur le champ de bataille. Il chassa le sang de sa lame et prit un moment pour se repérer. Il se tenait sur le rivage sablonneux d’une île froide et balayée par les vents appelée Thelborn. À quelques mètres de là le reste de sa troupe d’assassins se tenait près d’une énorme dalle de pierre sombre dépassant du sable noir. Plus loin sur l’étroite bande de plage, une bataille féroce faisait rage entre les forces khadoréennes et cygnaréennes.

Dmitri avait été séparé de ses hommes lorsque les cygnaréens avait pris d’assaut la plage et pris les khadoréens par surprise. Le contingent militaire khadorén sur l’île venait d’arriver, préoccuper par les informations faisant état d’activités de pirates si près de la côte khadoréenne. Les pirates avaent fait des dans les territoires ordiques et cygnaréens mais avaient largement laissé intacts les navires de commerce khadoréens dans la région. Cela fut suffisant pour pousser le gouvernement khadoréen à enquêter sur Thelborn et , si possible, à rechercher une trêve avec les pirates pouvant inclure une aide non officielle aux activités des pirates dans les eaux cygnaréennes et ordiques. Parce qu’un envoyé officiel du gouvernement khadoréen ne pouvait pas être envoyé, ils pnt plutôt envoyé Dmitri Ulchev, dont la famille était depuis longtemps impliquée dans la navigation, pour vérifier si les pirates opéraient, en fait, à partir de Thelborn et ouverts aux négociations. Les kayazy servaient souvent de façade au gouvernement khadoréen lorsque cela profitait aux deux parties, et Dmitri était très désireux de conclure ce qui pourrait être un lucratif accord avec des pirates s’emparant de grosses cargaison des navires cygnaréens et ordiques.

Cependant, le gouvernement khadoréen n’était pas sur le point de laisser un kayazy gérer une telle négociation sans supervision, cependant, et les trois vaisseaux envoyés pour enquêter sur Thelborn transportaient cinq escouades complètes de la Garde des Glaces, une poignée de warjacks et un jeune warcaster du nom de Kovnik Luka Ostyvik. Ils avaient ancré leurs navires du côté sud de l’île et n’avaient débarqué uniquement pour trouver ce côté de Thelborn désert. Les troupes cygnaréennes – une large force de pionnier et de fusiliers – étaient apparues sur la plage alors que Dmitri, ses hommes et le contingent militaire khadoréen retournaient vers leurs navires.

Bien que la présence des cygnaréens si loin de leurs eaux étaient une surprise totale, l’absence de warjacks cygnaréens diminua l’impact de leur apparition. Soutenu par toute sa force de la Garde des Glaces, le Kovnik Ostyvik et ses deux Juggernauts avaient chargé les cygnaréens. Dmitri et ses hommes étaient restés en arrière pour regarder ce qui aurait du être un massacre. Puis les warjacks cygnaréens avaient émergé de ce putain d’océan.

Dire que les khadoréens furent pris au dépourvu fut un euphémisme. Les warjacks amphibies cygnaréens – l’idée d’une telle chose surprenait encore Dmitri – avaient déboulé de l’océan et lancé des éclairs dans les rangs khadoréens. Les éclairs sautaient d’homme en homme, tuant des dizaines de personnes dans les premiers frénétiques instants du combat. L’apparition des warjacks galvanisèrent rapidement les troupes cygnaréennes, et leur warcaster, qui combattait parmi eux, rallia ses hommes dans une redoutable contre-attaque.

Dmitri avait ordonné à ses hommes d’avancer et d’aider le Kovnik Ostyvik, mais avant qu’ils ne puisse atteindre le warcaster, une escouade de commandos pionniers placée pour faire face aux renforts khadoréens apparut de l’intérieur de l’île, jonchée de rochers. Les commandos abattirent un de ses hommes avant que les kayazy ne puissent les rejoindre. Après cela, les kayazy resserrent les rangs et engagèrent les commandos dans une brutale mêlée. Habiles avec leurs couteaux de tranchée, les cygnaréens réussirent à tuer deux autres hommes de Dmitri, mais à la fin, ce furent les kayazy qui se révélèrent les plus habiles aux armes. Les commandos furent tués en un rien de temps.

La bataille terminée, Dmitri rejoignit ses hommes, six des dix premiers, qui s’étaient réfugiés derrière une dalle de pierre.

Tandis que Dmitri s’accroupissait à côté de lui, l’assassin principal Costi Aleshko désigna la bataille se déroulant sur la plage. « Ils prennent une raclée ».

« Peut-être que le jeune Kovnik Ostyvik ne devrait pas se lancer dans la bataille tel un garçon trop amoureux d’une courtisane », répondit sombrement Dmitri. « J’ai moitié envie de le laisser prendre sa raclée ».

Costi sourit et secoua la tête. « Même si j’adorais voir d’un des estimés warcasters de la Mère Patrie se faire botter le cul sur un plateau, mon vieil ami, nous pourrions avoir besoin de la Garde des Glaces et des warjacks s’il y a des pirates sur cette île oubliée des dieux. De plus, je ne sais pas pour vous, mais je ne m’attendais certainement pas à ce que les warjacks cygnaréens déboulent de la mer tel de grands poissons bleus et or.

Dmitri hocha la tête et grimaça comme s’il venait d’avaler quelque chose d’amer. « Tu as raison, bien sûr. Nous devrions voir ce qui peut-être fait pour sauver les fesses du Kovnik Ostyvik ».
Les combats entre les forces cygnaréennes et khadoréennes s’étaient transformés en une mêlée tourbillonnante, et il était difficile de voir quel camp avait le dessus. Il y avait cependant plus de Gardes des Glaces que de cygnaréens blessés et morts au sol. De plus, l’un des Juggernauts était complètement hors service, tandis que les quatre warjacks cygnaréens étaient toujours opérationnels.

« Nous allons utiliser ces rochers pour remonter la plage », dit Dmitri, en pointant les énormes pierres dépassant du sol lorsque la plage cédait la place à l’intérieur de l’île, « et essayer de frapper ces fusiliers par derrière ». Une seule escouade des puissants de ces fusiliers cygnaréens se tenait à l’écart de la mêlée, tirant sur les soldats khadoréens presque en liberté. Ils prélevaient un lourd tribut sur la Garde des Glaces et les empêchaient de monter une efficace contre-attaque.

« D’accord ». Costi fit signe au reste des kayazy d’avancer et relaya les ordres de Dmitri. Les kayazy se déplacèrent en un seul groupe, couvrant rapidement le terrain entre les rochers, dissimulant leur déplacement dans les ombres profondes s’accumulant sous chacun d’eux. En moins d’une minute, ils s’étaient déplacés, sans être détectés, à moins de dix verges des fusiliers cygnaréens et les mêlée entre les deux forces.

Dmitri dégaina ses lames et sourit à la sensation de leurs poids familiers dans ses mains. Il prit une profonde inspiration et poignarda les fusiliers avec la lame dans ses mains gauche. Lui et les reste des kayzy quittèrent leurs abri et traversèrent en trombe les dix mètres qui les séparaient de leurs cibles. Leur attaque fut si rapide et silencieuse que les cygnaréens ne réalisèrent pas le danger jusqu’à ce que les kayazy soient parmi eux.

Bien que les fusiliers soient armés d’épées, ils étaient si déterminés à tirer sur les Gardes des Glaces avec leurs fusils que leurs armes de mêlées pendaient toujours dans le fourreau à leurs ceintures. Dmitri tua le premier, tranchant la gorge d’un fusilier avec l’une de ses lames qui s’était retourné pour lui faire face, un fusil inutile à la main et le visage figé dans un O de surprise. Le cygnaréen s’affala en se tenant la gorge, essayant désespérément d’endiguer la marée écarlate jaillissant entre ses doigts. Après ça, ce fut un massacre. L’expertise des kayazy avec les lames permit un rapide travail sur les fusiliers surpris, et bientôt Dmitri et ses hommes se tirent au-dessus des cadavres ensanglantés de dix soldats cygnaréens.

La mort des fusiliers eut un effet presque immédiat sur la bataille. Sans être menacés par la mortelle précision des tireurs d’élite, la garde des glaces fut capable de faire une poussée concentrée et de renverser le cours du conflit.

Dmitri examina le bataille, à la recherche d’un autre endroit où ses kayazy mortel, mais légèrement armuré pourrait infliger le plus de dégâts. Il était sur le point d’ordonner à ses hommes de contourner l’action principale pour engager un petit groupe de pionniers qui s’étaient échappés de leurs ennemis de la Garde des Glaces lorsque le cri strident de l’artillerie en approche noya les sons du combat.

Le premier boulet de canon tomba court et envoya un gigantesque panache de sable et de fumée à dix mètres des forces cygnaréennes et khadoréennes. La bataille s’arrêta et les deux camps regardèrent la mer. Trois énormes navires aux voiles noires, leurs flanc hérissés de canons, étaient ancrés à deux cents verges du rivage.

Dmitri regarda les panaches de flammes et les nuages fumée jaillir des flanc de chaque navire, sachant que le féroce gémissement de l’artillerie suivraient derrière.

Les pirates de Thelborn avaient décidé de faire une apparition.

MERCENAIRES

Le pont du Mauvaise Fortune était en proie au chaos, et Fiona la Noire se tenait silencieuse et immobile au milieu de ce chaos. La fumée, les flammes et le tonnerre des coups de canon remplissait l’air tandis que l’équipage du Mauvaise Fortune martelait les forces cygnaréennes et khadoréennes sur le rivage. Fiona regarda impassiblement les coups de canon frapper les rangs des soldats sur la plage, projetant des corps – et des morceaux de corps – dans les airs.

À côté de Fiona, deux imposants forme se profilaient : une paire de warjack lourdement modifiés appelés Navigateurs. Chacun était basé sur le châssis du Marinier, mais le canon standard du Marinier avait été retaillé pour permettre de tirer un boulet beaucoup plus gros. La modification réduisait la portée et la puissance explosive du canon, mais ajoutait une force considérable à chaque tir, suffisamment pour faire reculer un warjack léger d’une douzaine de pas. En outre, la redoutable ancre que tenait chaque Navigateur dans son bras droit avait été équipée d’une longueur d’une lourde chaîne, permettant au warjack de la balancer un large arc, d’accrocher les ennemis et de les remorquer.

Fiona était impatiente de voir ses nouveaux warjacks en action, et son impatience passait par le lien qu’elle partageait avec ses deux Navigateurs, les obligeants à se déplacer sans relâche et à secouer les chaînes de leurs ancres. Elle ne s’attendait pas à avoir l’occasion de mettre les Navigateurs à l’épreuve si tôt. Thelborn était isolée, et elle servait déjà de base d’opérations pour une bande de pirates lorsqu’elle, le Capitaine Bartolo Montador et leur flotte sont arrivés. Il avaient donnés le choix aux corsaires déjà présent : les rejoindre ou être détruits. Les corsaires de Thelborn avaient rapidement acceptés, grossissant considérablement les rangs sous le commandement de Fiona et Montador.

Peu après son arrivée et après avoir obtenu l’allégeance des nouveaux pirates, le Capitaine Montador avait laissé Fiona s’occuper des nouvelles recrues et superviser leurs opérations sur Thelborn tandis qu’il prenait deux de leurs navires pour poursuivre les pillages dans le sud. La première action de Fiona fut de prendre possession de la forteresse située au nord de l’île, une énorme grotte marine pratiquement invisible pour quiconque s’approchant depuis la mer – un endroit parfait pour cacher ses trois navires.

Ils s’attendaient à une réaction khadoréenne à leur présence, puisque Thelborn se trouve au large de la côte nord de Khador, mais ils ne s’attendaient pas si tôt. Quant aux cygnaréens, Fiona n’avait aucune idée de ce qui les avait amenés si loin au nord. Cela n’avait pas d’importance ; elle ne pouvait pas supporter la présence de Cygnar et Khador sur le territoire sous son contrôle. Même si une attaque pouvait alerter la marine khadorénne, elle était suffisamment occupée ailleurs pour que le risque en valait la peine. De plus, elle avait maintenant amplement l’occasion de tester les nouveaux Navigateurs au combat.

Les canons se turent soudainement et Fiona vit immédiatement que les forces cygnaréennes et khadoréennes avaient abandonné la plage. Toutes deux s’étaient retirées dans le dense champ de rochers servant d’intérieur à l’île. Elle avaient également cessé de se battre entre elles et attendais manifestement une réponse des trois navires ancrés au large. Fiona était plus qu’heureuse de leur rendre service.

« Capitaine Santoni ! », aboya Fiona, sa voix telle une lame d’acier tranchant facilement la clameur des hommes et des machines. « Nous débarquons ! »

« Oui, maîtresse ! » cria depuis le gaillard avant un homme grand et décharné en pardessus noir. Il commença à crier des ordres aux chiens de mers et aux autres combattants à bords du Mauvaise Fortune. Fiona savait que le Capitaine Santoni le signalerait aux deux autres navires de sa petite flotte, et qu’eux aussi enverraient des chiens de mer et des warjacks à terre.

Des vedettes blindées furent rapidement mises à l’eau et remplies de chiens de mer désireux de faire couler du sang. Fiona et ses deux Navigateurs montèrent à bord de la plus grandes des vedettes du Mauvaise Fortune avec le Capitaine Santoni et un petit contingent de fusiliers fusiliers chiens de mer. Les Navigateurs étaient complètement amphibies et pouvaient facilement plonger et se déplacer au fond de l’océan jusqu’à la plage. Cependant, elle avait besoin des canons des warjacks pour occuper les khadoréens et les cygnaréens sur la plage et empêcher l’ennemi de détruire ses bateaux avant qu’ils n’atteignent le rivage.

Ils n’étaient pas à plus de vingt verges lorsqu’un petit groupe de fusiliers cygnaréens sortit de sa cachette avec un warjack léger que Fiona n’avait vu auparavant. Il était orné de relais galvaniques et de bobines voltaïques, et monté sur son bras gauche se trouvait un étrange canon, également fortement modifié avec la technologie voltaïque cygnaréenne. Les fusiliers s’agenouillèrent sur la plage de sable et ouvrirent le feu, tandis que le warjack cygnaréen avançait, probablement parce que son canon n’avait pas la portée des fusils des fusiliers.

Fiona se tenait à l’arrière de sa vedette, attirant intentionnellement le feu des fusiliers. Leurs balles sifflaient autour de sa tête et de ses épaules, des tirs précis ne parvenant pas à traverser la défense de sa volonté. Elle regarda le warjack léger cygnaréen s’avancer dans l’océan, la surprenant un instant alors que les vagues s’écrasaient sans effet contre sa coque, sa chaudière et ses myriades de pièces voltaïques. Le concept d’un warjack cygnaréen amphibie occupa son esprit pendant un instant, jusqu’à ce quelle se rendre compte que le ‘jack était à portée des canons des Navigateurs.

« Chargez ! » cria Fiona. Derrière elle, elle entendit le bruit caractéristique de ses chiens de mer chargeant de la poudre et des boulets dans les canons des Navigateurs.

« Chargez, oui, Maîtresse ! » crièrent les chiens de mer, et elle prit immédiatement le commandement mental des deux Navigateurs se tenant à côté d’elle. Le tonnerre de leurs canons jumeaux retentit et elle sentit les massives sphères de fer quitter leurs canons. Elle avait augmenté la force et la précision de chaque coup avec sa considérable volonté, et ils frappèrent presque simultanément. Le warjack cygnaréen fut projeté en arrière dans une explosion d’acier brisé et morceaux voltaïques. Le warjack gravement endommagé tenta de se relever, mais une pluie d’étincelles jaillit de sa coque endommagée alors que la mer se déversait dans son châssis fissuré. Quelles que soient les modifications apportées par les cygnaréens pour protéger ses mékanismes voltaïques de l’eau, elles furent dépassées. Il trembla une fois et se renversa pour demeurer immobile dans les vagues.

Fiona s’autorisa un léger sourire devant la destruction du warjack cygnaréen. Derrière elle et dans les autres vedettes, ses chiens de mer commencèrent à riposter aux tirs des fusiliers cygnaréens. Ils en tuèrent trois et forcèrent les autres à se retirer en sécurité dans le champ de rochers à l’intérieur de l’île.

La vedette de Fiona toucha la plage en premier, et elle poussa immédiatement ses warjacks vers l’avant, suivant dans le sillage de leur pas lourd. Deux chiens de mer courait à côté d’eux, chacun transportant une lourde charge de grenaille et de poudre pour les canons des Navigateurs. Les autres vedettes atteignirent la plage quelques instants après, et une importante force de chiens de mer et de fusiliers chiens de mer déferla sur le sable et se dirigea vers l’intérieur de l’île.

Comme Fiona s’y attendait, les forces khadoréennes et cygnaréennes restantes ouvrirent le feu sur ses hommes depuis la sécurité du champ de rochers. La Garde des Glaces, les fusiliers et les pionniers de l’ennemi surpassaient ses chiens de mer – la plupart armés de pistolets – et feraient certainement des ravages avant que ses forces ne puissent combler la distance.

Fiona ferma les yeux un instant et ses lèvres prononcèrent sifflèrent des mots en Telgesh, la langue de Thamar, la noire déesse qu’elle servait. La sorcellerie noire qu’elle invoquait infligerait une terrible malédiction à ses ennemis, et elle ressentit une certaine excitation alors que la puissance la traversait et jaillissait de son corps en vagues d’énergie pulsée. L’effet sur l’ennemi fut instantané, la malédiction les accablant de malchance. Les tireurs d’élite devinrent maladroit et incompétents, leurs tirs passant à côté ou soulevant simplement du sable devant leur cibles. Même lorsqu’un tir parvenait à toucher un chien de mer, la puissance de Thamar réduisait sa vitesse à un tel point que même la balle ne pouvait même pas pénétrer les fines vestes en cuir que portaient la plupart de ses hommes.

Fiona se déplaçait à un rythme régulier, poussant mentalement ses warjacks à ses côtés et faisant feu de leur canons aussi vite que les deux chiens de mers qui la suivaient pouvaient les charger. Les lourds boulets de fer s’écrasèrent contre les rochers protégeant l’ennemi et envoyèrent de mortels jets d’éclats de pierre sur ceux se cachant derrière eux. Finalement, le warcaster khadoréen – un jeune homme qu’elle ne reconnut pas – se joignit au combat. Il s’éloigna du couvert  avec un Juggernaut et un large contingent de la Garde des Glaces. Elle n’avait as encore vu le warcaster cygnaréen, et il était certainement possible qu’il ait été tué dans les combats avant qu’elle et ses pirates ne soient arrivés.

L’impatience du warcaster khadoréen était évidente, et il fit charger son Juggernaut directement sur Fiona et ses Navigateurs. Il avait assez de bon sens pour contenir ses chiens de mer avec les tirs de sa Garde des Glaces, mais apparemment pas assez pour éviter de charger un warcaster ennemi soutenu par deux warjacks lourds.

Fiona sourit et poussa un de ses Navigateurs dans une charge pour intercepter le Juggernaut. Elle était sur le point de faire tirer le second Navigateur sur le warjack khadoréen quand une crépitante explosion de puissance voltaïque retentit soudainement derrière elle. Elle se retourna pour remarquer deux warjacks légers cygnaréens émerger de l’eau où ils avaient été cachés. Leurs décharges galvaniques bondirent parmi ses chiens de mer, sautant d’homme en homme et les réduisant à l’état de cadavres convulsant. Leurs corps carbonisés étaient parcourus de spasmes d’énergie galvanique longtemps après que la mort les ait réclamés.

Il semblait que le Khador et le Cygnar avaient mis de côté leurs différences pour le moment. Fiona s’attendant à faire face à deux forces divisées par une animosité mutuelle, était involontairement tombée dans un piège.

Elle sourit. Cela faisait un moment qu’elle n’avait pas été correctement défiée sur le champ de bataille. Elle pris sa grande lance, Vipère, à deux mains et fit tourner son second Navigateur pour faire face aux cygnaréens qui avançaient. Fiona prononça une rapide prière à Thamar, puis elle et son warjack chargèrent, une lame noire de dépit et de haine visant directement le warcaster cygnaréen.

Source
Citation de: Maître Yoda
Trop gentil tu seras, dans le côté obscur tu l'auras.

Si vous constatez des fautes d'orthographe et/ou de conjugaison, des phrases à remanier pour une meilleur compréhension.
Hop, -> Mp  ;)

Hors ligne elric

  • [BGT] Animateur
  • Brave
  • ********
  • Messages: 1760
    • Voir le profil
Re : Désolation figée
« Réponse #1 le: 26 septembre 2022 à 15:55:56 »
Bonne lecture  :)
Citation de: Maître Yoda
Trop gentil tu seras, dans le côté obscur tu l'auras.

Si vous constatez des fautes d'orthographe et/ou de conjugaison, des phrases à remanier pour une meilleur compréhension.
Hop, -> Mp  ;)